En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Pour la première fois depuis le début de l'enquête, des juges français ont pu se rendre dans le monastère où résidaient les moines de Tibéhirine.
 

Les familles des moines français assassinés en 1996 en Algérie ont exprimé jeudi leur déception, alors que les autorités algériennes empêchent le rapatriement des crânes en France pour effectuer des analyses.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • bouledog
    bouledog     

    Les autorités Algérienne n'ont pas la conscience tranquille ils ont des choses à se reprocher

  • alex mason
    alex mason     

    L'Algérie n'est pas un pays ami. De là, ils feront tout pour cacher la vérité.

  • contrelesabusdepouvoir
    contrelesabusdepouvoir     

    Les autorités algériennes font tout ce qui est possible volontairement afin que la vérité ne soit jamais révélée. Ils ont refusé depuis trop d'années de répondre favorablement aux demandes des instances judiciaires françaises. Maintenant, ils ont voulu faire croire à une véritable coopération en acceptant la venue du juge d'instruction en charge du dossier en France pour pour finalement apporter de nouveaux blocages. Les autorités algériennes sont totalement impliquées mais ils ne l'admettront pas pour des raisons politico-économiques et pour éviter une opinion néfaste à leur encontre et au regard de celui de leurs compatriotes.

Votre réponse
Postez un commentaire