En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le Bangladesh, 2ème fournisseur de textile d'Europe, craint une fuite des industriels

Mis à jour le
Depuis l'effondrement de l'immeuble Rana Plaza, les ouvriers bangladais ne cachent pas leur colère et n'hésitent pas à manifester pour de meilleures conditions de travail.
 

L’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh le 24 avril dernier a attiré l’attention des médias sur les conditions de travail dans le pays, véritable usine de l’industrie textile mondiale. Retour en trois points sur la situation au Bangladesh, petite-main des grands groupes textiles mondiaux.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • jcblao
    jcblao     

    Lorsque les entreprises francaises pretendent ignorer que leurs produits etaient realises dans ces ateliers,elles mentent.
    Les controleurs de ces entreprises, salaries de ces entreprises, ou employes par des organismes internationaux verifient chaque sous traitant , non pas au niveau social, mais technique: mareriel, encadrement,technicite ..etc..
    Ils connaissent, ou ignorent volontairement les conditions de travail.
    Ils exigent le respect de la qualite , des delais a n'importe quel prix
    Il y aurait beaucoup a dire sur ces methodes d'esclavagistes qui font la fortune des Auchan, Carrefour et cie , et aussi celle de ces nouveaux riches asiatiques qui sans aucune hesitation exploitent leurs compatriotes

  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    30 euros par mois 10 à 12 heures de travail par jour, sept jours sur sept. Avec de nombreuses heures supplémentaires non payées et des obligations de verser des bakchichs aux superviseurs. 50 marques seraient impliquées pourquoi ne pas dénoncer l'hypocrisie des grandes marques qui se cachent derrière les tristes preuves des audits aussi médiocres que leurs mentalités. Des centaines d’usines ont dû être fermées ce 14 mai, pour une durée indéterminée, en raison de « l’agitation de la main d’œuvre ». Bien décidée à ne plus mourir écrasée, brûlée vive ou asphyxiée pour les profits de grandes enseignes occidentales.

Votre réponse
Postez un commentaire