En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Depuis la chute de Mohamed Borsi, les jihadistes d'Ansar Beït al-Maqdess ont perpétué plusieurs attentats en Egypte, dans le Sinaï, comme ici en octobre 2013 où une attaque a visé le quartier général de la police à al-Tur.
 

Le groupe terroriste égyptien  Ansar Beït al-Maqdess a annoncé se rallier à l'Etat islamique permettant ainsi à Daesh d'étendre son pouvoir au Moyen-Orient. Un soutien de poids alors qu'une incertitude plane sur le sort de son chef al-Baghdadi blessé ou tué dans des raids américains.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Lola 13
    Lola 13     

    La racaille se regroupe.

  • sylvaa
    sylvaa     

    Bien souvent, l'histoire de l'humanité a montré qu'il suffisait d'un "catalyseur" pour faire exploser une situation larvée, entrainer la planète dans des conflits "en tiroir", et mettre le feu à l'esprit de millions de gens désireux de se cacher au sein de foules, de masses, derrière des alibis communautaires.

    Il suffit d'une étincelle pour transformer un raisonnement individuel en résonnement collectif.

    Le XXIème siècle a son Hitler; il est "vert" et mandaté par "dieu".

  • philippe44160besné
    philippe44160besné     

    Ah le joli printemps , ils sont ou les hourras des bobos qui bénissaient la libération du joug du dictateur d'un pays ou on pouvait aller sans crainte

    Jacques  le rebelle
    Jacques le rebelle      (réponse à philippe44160besné)

    Il goûtent la soupe à la grimace chez le fanfaron BHL

  • philippe44160besné
    philippe44160besné     

    Ah le joli printemps , ils sont ou les hourras des bobos qui bénissaient la libération du joug du dictateur d'un pays ou on pouvait aller sans crainte

  • philippe44160besné
    philippe44160besné     

    Ah le joli printemps , ils sont ou les hourras des bobos qui bénissaient la libération du joug du dictateur d'un pays ou on pouvait aller sans crainte

Votre réponse
Postez un commentaire