En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le président brésilien rend hommage au talent des femmes pour faire les courses

Michel Temer le 7 mars 2017 à Brasilia
 

Lors de la Journée internationale des droits des femmes, le président brésilien a rendu un hommage qui a soulevé un tollé. Michel Temer a estimé que les femmes participaient "grandement à l'économie" en remarquant "les variations des prix dans les supermarchés".

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Demokos
    Demokos     

    La propension de certains à nier et évacuer la réalité quand elle ne leur convient pas ne cessera jamais de m'étonner.
    Il se trouve que dans mon "ménage", pour parler comme les instituts de sondage, c'est moi qui fais les courses, mais j'ai des yeux pour voir, et ce que je vois, c'est que la majorité des gens parcourant les allées du supermarché sont de sexe féminin, et que cette majorité devient même écrasante à mesure que l'âge augmente, en particulier les "ménagères de plus de 50 ans".
    Le propos ici n'est pas de savoir si c'est là une bonne ou une mauvaise chose, si tant est que ces jugements aient la moindre pertinence, mais de constater un état de fait, même si cela déplaît souverainement à quelques internautes énervées : oui, en 2017, une très grande partie des achats quotidiens, en particulier les courses alimentaires et d'entretien, sont (encore) effectués par les femmes. Dans ce contexte, il est évident qu'elles seront davantage sensibilisées aux variations des prix, à l'inflation, ainsi qu'à d'autres paramètres adjacents tels que la diminution des portions et quantités pour un prix fixe, l'apparition/disparition de tel ou tel type de produits dans les rayons au fil des jours, etc.
    Que le président brésilien, monsieur âgé dans une région du monde peu réputée pour son féminisme, estime qu'il s'agit là d'une situation normale et souhaitable est un autre débat, mais la simple constatation d'une réalité concrète n'est pas censée être polémique.

Votre réponse
Postez un commentaire