En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, le 9 février 2016.
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

22 opinions
  • doume39
    doume39     

    La Turquie bombarde les kurdes syriens du PYD dans le nord de la Syrie Texte par FRANCE 24
    Dernière modification : 14/02/2016
    La Turquie accentue sa pression sur le nord de la Syrie. Après avoir menacé d'y mener une opération terrestre, Ankara y a bombardé, dans deux incidents séparés, des positions de forces kurdes du PYD, et du régime syrien en réponse à des tirs.

    Pour info.....

  • grognon
    grognon     

    La Turquie s'enfonce de jour en jour dans une politique au moyen orient qui lui sera fatale !!!

  • doume39
    doume39     

    Mettez vous à jour BFM c'est déjà parti......

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    Samedi, lors de la conférence de Munich, Philip Hammond a déclaré que la Russie «continue de bombarder les positions de l’opposition modérée». Pour le diplomate britannique, ce sont ces activités de Moscou qui ne permettent pas à cette opposition d’observer le cessez-le-feu.
    Après le début de l’opération aérienne de l’aviation russe en Syrie, les médias et hommes politiques occidentaux ont plusieurs fois accusé Moscou de ne pas viser les terroristes de Daesh mais les forces de l’opposition dite «modérée» type les terroristes d' al Nosra (ceux qui font du bon boulot, dixit Fabius !) et les infrastructures civiles.
    La Russie a plusieurs fois réfuté ces accusations, en notant qu’aucune preuve concrète n’a toujours été présenté pour les soutenir.

    Lire aussi : «Hyperterrorisme» et autres déclarations importantes à retenir de la Conférence de Munich

    Moscou appelle depuis des mois les sponsors des forces de l’opposition «modérée» de fournir une liste de groupes armés syriens qui doivent être considérés assez modérés e avec qui on peut négocier, sans réponse de la part du Pentagone.

  • taubiroute
    taubiroute     

    Apres les Armeniens, c est au tour des Kurdes d etre genocides par les Turcs!!
    decidement ces turcs ont une histoire bien sanginaire.
    Il faut imperativement qu e l ccident se desolidarise de ce pouvoir islamistes donc imperialiste. et genocidaire.

  • Tr33
    Tr33     

    Remercier la Turquie avant de la critiquer
    Sans son aide, l'Europe aurait 100 fois plus de migrant sur ces terres. Les migrants que vous regniez et rejetez de votre société !!! Hypocrysie française !!

    La Turquie défend ses terres comme chaque bon pays doit pouvoir le faire.

    grognon
    grognon      (réponse à Tr33)

    Oui, la Turquie a le droit de défendre ses frontières, mais de faire du trafic avec Daesh et de vouloir liquider les Kurdes de Syrie et d'Irak qui ne lui plaise pas. Elle a joué, elle a perdu.

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    DOUBLE JEU TURC
    LA TURQUIE BOMBARDE LES CIVILS KURDES EN SYRIE

    La Turquie, mettant en application ses menaces, a bombardé ce samedi 13 des secteurs du nord de la Syrie contrôlés par les forces kurdes, des frappes qui devraient encore un peu plus compliquer la donne en vue d’un dénouement de la crise.
    A Munich, où il participe à la conférence sur la sécurité, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a averti que le dossier syrien se trouvait à un « moment charnière » entre guerre et paix, quelques jours après que Washington et Moscou sont tombés d’accord sur une prochaine « cessation des hostilités ».

    L’artillerie turque a bombardé CE JOUR des secteurs du nord de la province d’Alep que les Unités de protection du peuple kurde (YPG) ont récemment repris à des rebelles islamistes, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
    Une source au sein des YPG a indiqué à l’AFP que les bombardements avaient notamment visé l’aéroport militaire de Minnigh, repris le 10 février par les forces kurdes aux islamiques.
    Situé à une dizaine de km de la frontière turque, l’aérodrome de Minnigh se trouve entre deux routes importantes qui mènent de la ville d’Alep, deuxième ville du pays, à Azaz, plus au nord.
    Et le fait de le contrôler donne aux forces kurdes une base de départ pour de nouvelles offensives contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) plus loin en direction de l’est.
    C’est à quelques km plus au sud de cette zone que le régime syrien, fort du soutien de l’aviation russe, mène une offensive d’envergure contre les rebelles islamiques.
    Cette offensive, lancée le 1er février, a provoqué l’exode de dizaines de milliers de personnes qui restent notamment bloqué

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    DOUBLE JEU TURC
    LA TURQUIE BOMBARDE LES CIVILS KURDES EN SYRIE

    La Turquie, mettant en application ses menaces, a bombardé ce samedi 13 des secteurs du nord de la Syrie contrôlés par les forces kurdes, des frappes qui devraient encore un peu plus compliquer la donne en vue d’un dénouement de la crise.
    A Munich, où il participe à la conférence sur la sécurité, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a averti que le dossier syrien se trouvait à un « moment charnière » entre guerre et paix, quelques jours après que Washington et Moscou sont tombés d’accord sur une prochaine « cessation des hostilités ».

    L’artillerie turque a bombardé CE JOUR des secteurs du nord de la province d’Alep que les Unités de protection du peuple kurde (YPG) ont récemment repris à des rebelles islamistes, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
    Une source au sein des YPG a indiqué à l’AFP que les bombardements avaient notamment visé l’aéroport militaire de Minnigh, repris le 10 février par les forces kurdes aux islamiques.
    Situé à une dizaine de km de la frontière turque, l’aérodrome de Minnigh se trouve entre deux routes importantes qui mènent de la ville d’Alep, deuxième ville du pays, à Azaz, plus au nord.
    Et le fait de le contrôler donne aux forces kurdes une base de départ pour de nouvelles offensives contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) plus loin en direction de l’est.
    C’est à quelques km plus au sud de cette zone que le régime syrien, fort du soutien de l’aviation russe, mène une offensive d’envergure contre les rebelles islamiques.
    Cette offensive, lancée le 1er février, a provoqué l’exode de dizaines de milliers de personnes qui restent notamment bloqué

































































































































































































































































    .

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a mis en garde samedi contre toute intervention au sol des pays de la coalition lors d’un discours à la conférence de Munich, au cours duquel il a affirmé que le monde était entré dans une « nouvelle guerre froide ».
    La Russie a annoncé pour sa part l’envoi en Méditerranée d’une corvette lance-missiles qui se dirigerait vers la Syrie, selon des informations de presse.
    Les Etats-Unis accusent eux la Russie d’avoir « exacerbé » le conflit par son appui militaire aux forces gouvernementales, notamment dans l’offensive contre les rebelles dans la région d’Alep.
    John Kerry a appelé samedi Moscou à « changer de cibles » militaires sur le terrain alors que les Occidentaux reprochent aux Russes de frapper surtout l’opposition "rebelle islamique modérée" (sic), et non les jihadistes les plus durs.

  • Mordicus
    Mordicus     

    Pour comprendre Davotuglu il faut se placer dans le point de vu d'un terroriste et les intérêts de l'Arabie saoudite dans la région. C'est normal alors combattre le parti kurde syrien qui grâce aux russes est en train de donner une sacrée raclée à Daesh/Al Nosra sur le terrain en Syrie. Erdogan est en train de traîner la Turquie et tous les turcs dans la liste de pays voyous à double jeu type Corée du Nord, l'Ukraine de Porkoshenko etc.

Lire la suite des opinions (22)

Votre réponse
Postez un commentaire