En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le gouvernement papadémos sera investi vendredi en grèce
 

Lucas Papadémos, ancien vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), a été nommé en Grèce à la tête d'un gouvernement d'union nationale qui prêtera serment vendredi à 12h00 GMT, a annoncé jeudi la présidence grecque.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Gentille Fifille
    Gentille Fifille     

    aides internationales définitions : Aides payées par les pauvres des pays riches pour aider les riches des pays pauvre

  • PasContent
    PasContent     

    Les grecs et les italiens se débarrassent de leurs dirigeant pour mettre quoi à la place ? Deux serviteurs de l'UE qui par leurs fonctions, ont participé au désastre de l'Euro.

  • kubb
    kubb     

    la taupe du FMI

  • 4 Août
    4 Août     

    Euh... Vaut mieux laisser le fossé je crois. Et peut-être rajouter un mur et des barbelés... Ah et puis rasez-vous les cheveux, comme ça vous serez moins faciles à chopper.

  • 4 Août
    4 Août     

    Quelle tâche ? Assignée par qui ?

  • sonmike
    sonmike     

    c'est tous des "papa" en Grèce visiblement...

  • Ouaff
    Ouaff     

    Je n'ai aucune sympathie pour Berlusconi, ni pour Papandreou, d'ailleurs. --------------------------------- Mais, ces hommes ont été choisis à la tête de leur pays par leurs concitoyens. C'est donc aux Italiens et aux Grecs à décider s'ils doivent s'en débarrasser. --------------------------------- On constate ici que c'est l'Union Européenne et les marchés financiers qui font "la pluie et le beau temps". -------------------------------- Ainsi, un banquier est nommé à la tête du gouvernement grec et un oligarque européen à la tête du gouvernement italien. ------------------------------------ Voilà, nous y sommes. L'Europe et la mondialisation, c'est la fin de la démocratie. Ou plutôt, c'est la fin du suffrage universel. -------------------------------------- Ah ! Sur la forme, on ne reviendra pas au suffrage censitaire, celui de la constitution de 1791, de la Restauration (1814-1830) et de la Monarchie de Juillet (1830-1848).----------------Chez nous, le peuple votera encore. Mais, ça ne servira à rien (c'est d'ailleurs déjà le cas).------------------------------------Le vrai pouvoir sera chez ceux qui prétendre détenir la vérité (oligarchie européenne) et chez ceux qui ont de l'argent (les marchés).-------------------Le vrai pouvoir sera l'émanation d'un nouveau suffrage censitaire (comme sous les 3 régimes cités plus haut).

Votre réponse
Postez un commentaire