En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Caprure décran de la vidéo publiée par Al-Furqan.
 

Une vidéo publiée sur des sites jihadistes, montre un groupe d'au moins 16 hommes égorgés sur une plage et un autre groupe de 12 autres tués par balles dans une zone désertique. Ils sont présentés comme des membres "de l'Eglise éthiopienne ennemie".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • bastian
    bastian     

    Pas d'amalgame , pas d'amalgame (air connu) ....mais eux ont le droit d amalgamer tout les chrétiens

  • La comtesse
    La comtesse     

    CE N'EST PAS LE VERITABLE ISLAM ! Antienne ressassée par nos bobos !
    L’expression « cela n’a rien à voir avec l’Islam » se retrouve partout, après chaque nouvelle horreur commise par les disciples de Mahomet. Dans la bouche des politiciens comme dans les articles des journaux, cette formule devient incontournable. On ne peut même pas dire que cette vision idyllique que cherchent à imposer de force politiciens, médias et analystes de tous bords fausse le débat, car dès qu’il s’agit de l’islam, il n’y a plus de débat possible. Seul prévaut le lancinant discours sur l’islam religion-de-paix-d-amour-, etc. On en arrive à un point où la question qui se pose est de savoir si cette indulgence envers l’islam doit être comprise comme un simple aveuglement de la part de ces « spécialistes » ou bien si c’est pire que tout, de la traîtrise ou de la compromission

    Au mépris de toute vérité, l’Occident en arrive même à accuser sa propre société d’être à l’origine de la terreur, en présentant les terroristes comme « des victimes sociales issues des milieux défavorisés », ou plus généralement comme des « victimes du colonialisme ». Et ce, y compris dans les pays qui n’ont pas de passé colonialiste comme la Suisse, l’Autriche et les pays scandinaves. Alors que tout le monde ou presque sait que le terrorisme n’est pas simplement la conséquence de la « ghéttoïsation » des musulmans de l’Occident ou la répercussion du colonialisme, mais qu’il est bien le fruit de cette politique du pire menée par les riches émirs pour affaiblir l’Occident et ainsi redonner à l’islam l’espoir d’assouvir enfin le vœu le plus cher de Mahomet : l’hégémonie de l’islam sur l’ensemble de l’humanité.

    Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul (coran, 2:193 et 8:39).

    D’ailleurs, sans la manne extraordinaire déversée par les émirs, il n’y aurait probablement quasiment pas de terrorisme, du moins pas de terrorisme structuré à l’échelle mondiale. Alors que l’argent sale de « nos amis » saoudiens, qataris ou autres, a fini de radicaliser même les plus pacifiques des sectes musulmanes, à l’exemple des Cham-Bani du Vietnam, par l’intermédiaire des salafistes de la Tablighi Jamâat, mouvement missionnaire alimenté en pétrodollars par les Saoud. Ou encore à l’exemple des musulmans du Myanmar, en conflit ouvert avec les bouddhistes, alors que ces deux communautés vivaient sans se soucier l’une de l’autre avant que les mosquées de ce pays ne soient livrées aux prédicateurs « radicaux » sortis des Universités de Médine ou d’al-Azhar.

    A ce propos, le terme « radicaliser » n’est pas adapté. On devrait plutôt parler de retour aux sources de l’islam, un retour ordonné par les Saoudiens. Car ce sont bien les Saoudiens, gardiens du dogme, qui ont imposé le wahhabisme et le salafisme qui triomphent partout aujourd’hui. Un triomphe qui risque de mal se terminer, par la faute de ces élites qui nient la réalité.

    L’islam qui prévaut aujourd’hui est ainsi : agressif et belliqueux, à l’image de son prophète. Il n’a qu’une seule loi, celle inscrite dans le coran, et un seul objectif, soumettre le monde. Une loi disséquée, interprétée et commentée par les grands savants de l’islam, de la plus rigoureuse des manières. Ce qui fait que l’argument qui consiste à dire que c’est une question d’interprétation n’est pas recevable. La preuve en est que les dirigeants des Frères musulmans, tout comme les dirigeants de la plupart des organisations classées terroristes, sont issus des grandes Universités islamiques. Mention spéciale aux dirigeants de l’Etat Islamique, issus de l’Université la plus réputée du monde sunnite : al-Azhar du Caire. Tout comme Youssef al-Qaradawi, le terroriste Ahmed Yassine (cheikh Yassine) et … aussi Dalil Boubakeur ! Rien que du joli monde.

  • Facebook-328849240642258
    Facebook-328849240642258     

    L'horreur à nouveau... dans un silence toujours aussi assourdissant !!!

Votre réponse
Postez un commentaire