En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Un lit sur lequel on administre l'injection létale aux condamnés à mort, à Huntsville, au Texas.
 

L'Arkansas n'avait pas procédé à l'exécution d'une peine capitale depuis douze ans. Son empressement s'explique par l'approche de la date de péremption de certains produits létaux utilisés pour les mises à mort par injection.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire