En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

par Lin Noueihed TRIPOLI (Reuters) - Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, confronté à une insurrection sans précédent et à des bombardements de...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • MontBoron06
    MontBoron06     

    Selon la presse internationale, Kadhafi aurait echappe a une tentative d'assassinat, son plus jeune fils et trois de ses petits tous ages de moins de 12 ans auraient ete tues. UN VRAI CAUCHEMAR! Que Cameron, Sarkozy et tous ceux qui s'autorisent a se donner le droit de tuer des momes parce qu'ils en veulent a leur pere, repondent devant le monde entier de cet abominable crime contre l'humanite. avec AFP et Canoe.ca
    30/04/2011 19h05

    TRIPOLI - Le plus jeune fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, Saif al-Arab Kadhafi, ainsi que trois de ses petits-enfants, ont été tués samedi au cours d'une frappe aérienne de l'Otan, a annoncé un porte-parole du régime à Tripoli.
    «La maison de Saif al-Arab Mouammar Kadhafi (...), le plus jeune des enfants du Guide (ndlr: Mouammar Kadhafi), a été attaquée avec de puissants moyens. Le Guide et sa femme étaient dans la maison avec des amis et des proches» et est "sain et sauf", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Moussa Ibrahim, lors d'une conférence de presse. Saïf al Arab était un civil et un étudiant. Il avait 29 ans, a déclaré Moussa Ibrahim.

  • valdemarnais
    valdemarnais     

    A ce demander si ce n'est pas Monsieur Kadhafi qui a gagné cette guerre voulu par Monsieur Sarkozy et son ami BHL : "Bernard-Henry Lévy, philosophe, écrivain et journaliste, se rend au Caire pour rédiger un reportage destiné au journal « Libération » dont il est administrateur. Son papier passe inaperçu comme beaucoup d’autres. Mais voici que l’insurrection se déclare dans l’est de la Libye. N’écoutant alors que son courage, BHL revenu à Paris reprend l’avion via l’Égypte pour la Cyrénaïque libérée. Une fois la frontière franchie, montant dans la camionnette d’un marchand de légumes ambulant, il arrive à Benghazi où il ne sait pas trop quoi faire, jusqu’au moment où – chance inouïe ! – il finit par entrer en contact avec un certain Mustapha Abdeljabil, qu’on lui présente comme étant le chef politique de la rébellion des tribus de l’est libyen et voilà notre philosophe se transformant en acteur majeur de la diplomatie mondiale. Dans l’heure, avec son téléphone satellite, il parvient à joindre Nicolas Sarkoy, le baratine et lui dit : « Il faut que tu reconnaisses et aides les Massoud libyens. » Or, au lieu de calmer notre super Malraux très excité, le président de la République, comme si le saint esprit d’Allah lui était soudainement apparu, donne aussitôt son accord et, le jeudi 10 mars à 10 heures, dans le salon vert du palais de l’Élysée, Sarkozy reçoit BHL flanqué de 3 Libyens, du conseil national de la résistance tribale.

    À ses côtés, le conseiller spécial du président, Henri Guaino qui, cela tombe bien, avait traité publiquement Bernard-Henri Lévy de « petit con prétentieux » et qui, en outre, est le concepteur de l’Union pour la Méditerranée qui a piteusement échoué.

    Toujours est-il que Sarkozy annonce aux Libyens éberlués qu’il reconnaît sur-le-champ le conseil national de la résistance tribale de l’est libyen comme seul représentant légitime de la Libye, qu’il enverra sans attendre un ambassadeur à Benghazi et qu’il s’engage à faire bombarder sans délai la Libye de Kadhafi. Et, toujours dans le même élan guerrier, il appelle par téléphone un par un les 15 chefs d’État et de gouvernement du conseil de sécurité pour les entraîner dans la guerre. Ni le ministre de la Défense, ni celui des Affaires étrangères n’ont été informés ni consultés, pas plus que la diplomatie européenne. Alain Juppé, furieux, dira pendant 24 heures qu’il va démissionner, mais il ne démissionne pas. Secret d’État direz-vous ? Pas du tout. Ce scénario, aussi puéril que catastrophique, est relaté dans le Figaro du 19 mars, page 3. Ce qui a fait dire au Premier ministre russe, Vladimir Poutine, parmi d’autres : « Je suis sidéré par tant de légèreté. »". (site : les 4verites.com).

  • Jean Vigne
    Jean Vigne     

    Cela fait des jours que l'Otan bombarde le Palais de Kadhafi pour tenter de l'assassiner dans un silence sépulcrale des médias. Vouys avez honte ou plutôt avez-vous reçu des consignes de big brother pour n'en rien dire aux peuples européens. La trahison de nos élites, chaque jour, est de plus en plus patente.
    Mais pourquoi bombarder la Libye si ce n'est pour faire le travail qu'Israël ne veut pas faire. Car la disparition de Kadhafi n'est pas dans l'intérêt de la France mais bien dans celui d'IsraHeil.

  • smartiz
    smartiz     

    piege a cons!

Votre réponse
Postez un commentaire