En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La bataille de tripoli se poursuit
 

par Ulf Laessing et Missy Ryan TRIPOLI (Reuters) - L'incertitude persiste mardi sur le sort de Mouammar Kadhafi mais l'arrivée des insurgés à...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Rebel33
    Rebel33     

    Et oui ça fait longtemps que les médias veulent nous inculquer la pensée unique !Mais Chut les bombes de l'Otan ne touchent que les pro kadhafi , t'inquiète pas ..elles sont super intelligentes, elles font la différence entre le bien et le mal (remember Bush)! sic...De plus tu sais très bien que les images que tu vois à la télé sont celles envoyées par l'Otan ...

  • kerval
    kerval     

    L'Otan a bombardé le Palais de Kadhafi. On se demande où est passé "la mission humanitaire pour protéger les civils"? Dans un ou deux jours, on se rendra compte que la chute de Tripoli n'existe que dans le film construit par les forces de l'Otan qui pratique une guerre de quatrième génération, la guerre marketing.

  • kerval
    kerval     

    TRIPOLI (Reuters) - Saïf al Islam, dont l'arrestation avait été annoncée par les insurgés libyens et la Cour pénale internationale (CPI), est arrivé libre dans la nuit de lundi à mardi à l'hôtel où séjournent les journalistes étrangers à Tripoli.

    Sur des images de télévision, on peut voir ce fils de Mouammar Kadhafi brandir un poing triomphateur, souriant, effectuant le V de la victoire et saluant ses partisans.

    Saïf al Islam a déclaré que son père se trouvait en lieu sûr à Tripoli, où sont entrés les insurgés, et que le régime libyen contrôlait toujours la capitale.

    Un peu plus tôt, des hommes de Mouammar Kadhafi surveillant l'hôtel avaient emmené un petit groupe de journalistes à Bab al Aziziah, le complexe du dirigeant libyen à Tripoli, où ils ont rencontré Saïf.

    Ils sont ensuite revenus à l'hôtel avec le fils du dirigeant libyen, qui a discuté avec des journalistes avant d'en emmener plusieurs effectuer une courte visite à Bab al Aziziah, non loin de là.

    "Je suis là pour balayer les rumeurs", a dit Saïf al Islam.

    "Il s'agit d'une guerre technologique et électronique destinée à plonger la Libye dans le chaos et la terreur. Ils ont aussi amené des bandes armées par mer et par route", a-t-il ajouté, en allusion à un SMS envoyé lundi sur des téléphones portables à Tripoli pour féliciter leurs propriétaires de la chute de Mouammar Kadhafi.

    Prié de dire si son père se trouvait en lieu sûr dans la capitale libyenne, Saïf al Islam a répondu: "Bien sûr".

    Il a assuré que Tripoli était aux mains du gouvernement et a ajouté qu'il se moquait du mandat d'arrêt émis contre lui et son père par la CPI pour crimes contre l'humanité.

    Missy Ryan, Bertrand Boucey pour le service français

Votre réponse
Postez un commentaire