Israël : Netanyahu craint la montée des extrémistes

Les 123.000 membres du Likoud, le parti de droite du Premier ministre israélien sont invité à voter dimanche pour désigner leurs candidats à la députation pour les élections anticipées du 22 janvier.

S.A. avec AFP
Le 25/11/2012 à 9:09
Benjamin Netanyahu (GALI TIBBON / AFP)

Les 123.000 membres du Likoud, le parti de droite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sont invité à voter dimanche pour désigner leurs candidats à la députation pour les élections anticipées du 22 janvier.

La principale inconnue porte sur le score des candidats soutenus par le puissant lobby des colons au sein du Likoud. La semaine dernière, ce groupe avait diffusé un classement des candidats en fonction de leur opposition à la création d'un Etat palestinien.

Selon la radio militaire, Benjamin Netanyahu a fait pression ces derniers jours sur ses partisans pour qu'ils barrent la route aux candidats trop extrémistes afin de pouvoir présenter une liste "modérée" qui n'effaie pas les électeurs centristes.

L'influence de l'opération contre la bande de Gaza

Les résultats de cette primaire devraient être également influencées par l'impact de l'opération "Pilier de défense" contre les groupes armés palestiniens de Gaza, qui s'est achevée mercredi soir avec un cessez-le-feu sans qu'Israël ne mette à exécution ses menaces d'offensive terrestre.

>> Israël - Gaza : des raids à visée électorale

>> Retrouvez notre dossier sur le conflit israélo-palestinien

Selon un sondage publié vendredi, 49% des Israéliens, dont une importante proportion de "Likoudniks", les sympathisants et adhérents du grand parti de la droite israélienne, estiment qu'il aurait fallu laisser l'armée poursuivre son opération.

La coalition actuellement au pouvoir composée du Likoud et d'Israël Beiteinou (ultra-nationaliste), des religieux ultra-orthodoxes et de l'extrême droite conserverait toutefois une position dominante, avec 70 sièges sur 120 au Parlement.

Toute l'actu International

La question du jour

Série de crashs aériens: avez-vous plus peur de l'avion?