Info BFMTV : l’ambassadrice de Syrie en France déclarée persona non grata

François Hollande avait annoncé un peu plus tôt dans la journée l’expulsion de l'ambassadrice de Syrie en France, suite au massacre de Houla. Convoquée au Quai d'Orsay à 14h, Lamia Chakkour peut rester en France car elle est également ambassadrice à l'Unesco.

Ulysse Gosset | AFP
Le 29/05/2012 à 15:47
Mis à jour le 29/05/2012 à 21:34

Cette décision a été notifiée ce mardi à l'ambassadrice déclarée persona non grata, ainsi qu'à "deux autres agents de l'ambassade", selon le Quai d'Orsay.

Série d'ambassadeurs syriens expulsés

"J'ai eu une conversation, ce lundi, avec David Cameron, le Premier ministre britannique. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a eu une discussion avec le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et nous avons convenu d'un certain nombre de pressions à exercer sur la Syrie", a précisé François Hollande.

Les Occidentaux ont durci leur position à l'égard du régime du président Bachar al-Assad, les grands pays européens, le Canada, l'Australie et les Etats-Unis annonçant l'expulsion des représentants diplomatiques syriens dans leur capitale en représailles au massacre de Houla.

Les Occidentaux ont durci leur position à l'égard du régime

Le chargé d'affaires syrien à Londres, déjà convoqué lundi par le Foreign Office, a lui aussi appris ce mardi l'annonce de son expulsion. La Syrie ne disposait plus d'ambassadeur en Grande Bretagne depuis plusieurs mois, le chargé d'affaires étant est son plus haut représentant au Royaume-Uni.

La majorité des pays occidentaux avaient fermé leur représentation dans la capitale syrienne au moment de la vague de répression et des bombardements de Homs, dans le centre de la Syrie.

La majorité des pays occidentaux avaient fermé leur représentation à Damas

Le massacre de Houla dans le centre du pays a provoqué l'indignation de la communauté internationale. Le chef des observateurs de l'ONU, le général norvégien Robert Mood, a indiqué au Conseil de sécurité qu'au moins 108 personnes y avaient été tuées, atteintes par des éclats d'obus ou tuées à bout portant, dont 49 enfants. La majorité ont été exécutées, selon les premiers résultats d'une enquête de l'ONU.

Le massacre de Houla dans le centre du pays a provoqué l'indignation

Après ce massacre, Paris a réaffirmé la nécessité pour le président syrien de "quitter le pouvoir". "Bachar Al-Assad est l'assassin de son peuple. Il doit quitter le pouvoir" et "le plus tôt sera le mieux", a estimé le nouveau ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Toute l'actu International

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?