Les Indignés espagnols sous les coups de matraque

EN IMAGES - A Madrid, la manifestation des Indignés du 25 septembre a tourné à l'affrontement contre les forces de l'ordre. Manifestants et policiers compris, on déplore plus de 60 blessés.

Olivier Laffargue
Le 26/09/2012 à 12:52
Mis à jour le 07/12/2012 à 18:13
Ils étaient plusieurs milliers de manifestants à se réunir près du parlement espagnol. (Pierre-Philippe Marcou - AFP) L'affrontement entre manifestants et forces de l'ordre a fait près de 60 blessés, dont 27 policiers. (Pierre-Philippe Marcou - AFP) Les policiers anti-émeute étaient visés de jets de pierres et de canettes. (Pierre-Philippe Marcou - AFP) La police a effectué 26 interpellations dans la soirée. (Pierre-Philippe Marcou - AFP) La police a utilisé des matraques et des balles en caoutchouc pour disperser la foule. (Pierre-Philippe Marcou - AFP) Une femme blessée est allongée près du parlement. (Dominique Faget - AFP) Les Indignés en colère criaient au hold-up de la démocratie, critiquant les mesures de rigueur adoptées par décret qu'ils jugent imposées. (Pierre-Philippe Marcou - AFP) "Ce sont nos armes !" criaient les manifestants aux forces de l'ordre, déplorant un pouvoir public que l'on aurait confisqué au peuple. (Dominique Faget - AFP) Une grosse partie des manifestants ont protesté pacifiquement, usant simplement de résistance passive. (Dominique Faget - AFP) Quelques manifestants arboraient un masque de l'anarchiste anglais du XIXe siècle Guy Fawkes, devenu symbole du mouvement. (Dominique Faget - AFP)

La manifestation des Indignés, mardi soir à Madrid, s'est transformée en affrontement avec la police jusque tard dans la soirée. Quelques milliers de personnes étaient venues raviver la flamme du mouvement qui avait occupé la Puerta del Sol durant quelques semaines en mai 2011.

Lancé via les réseaux sociaux, le mot d’ordre était d’assiéger le Congrès pour dénoncer une « démocratie séquestrée » et aux ordres des « marchés financiers ». Le bâtiment officiel était déjà protégé par la police, transformé en camp retranché. Près de 1.300 policiers étaient mobilisés dans la capitale espagnole.

La manifestation a dégénéré alors que, sous les fenêtres des députés, la foule criait « Dehors ! » ou encore « Démission ! » Les forces anti-émeutes ont tenté de disperser les manifestants en chargeant à coups de matraques et en tirant des balles en caoutchouc. Les affrontements ont fait plus de 60 blessés, dont 27 policiers. Les autorités ont annoncé un décompte de 26 interpellations.


La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?