Iles Senkaku : toujours victimes de tensions sino-japonaises

Au tour de militants japonais d’agiter le drapeau national sur l'archipel. L'objectif : donner un signal fort à la Chine qui revendique aussi la souveraineté de cette île.

Mélissa Collado
Le 19/08/2012 à 10:22
Mis à jour le 19/08/2012 à 10:31

Une dizaine de nationalistes ont débarqué sur Uotsurijima dimanche 19 août, la principale île de l'archipel, pour y hisser le drapeau japonais. "C'est un territoire indiscutablement japonais. A flanc de montagne, on a trouvé des ruines de maisons de style japonais, avec les séchoirs à poisson, alors vous voyez!", exulte Eiji Kosaka, un élu de la région de Tokyo.

"Nous voulons donner un signal fort à la Chine", avait-il déclaré juste avant de débarquer sur l'archipel à 200 km des côtes de Taïwan, autre candidat à la souveraineté sur ces îles.

Un enjeu stratégique

Il y a quelques jours, un groupe d’activistes chinois avait débarqué au même endroit. Mais les garde côtes, les avaient interpellés et renvoyés à Hong-Kong.

La tension n’a pas cessé de se durcir cette semaine entre la Chine et le Japon à propos de cet archipel. inhabité qui appartient à une riche famille japonaise. L’enjeu est stratégique : les eaux environnantes sont très poissonneuses et les fonds marins de la zone pourraient receler des hydrocarbures.

Pour manifester l’appartenance de cet archipel à son pays, le gouvernement japonais veut le racheter à ses propriétaires.

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?