En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La poignée de main entre Hassan Rohani et François Hollande, le 24 septembre, à l'ONU.
 

Le président français et son homologue iranien se sont rencontrés, ce mardi, à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • la gratouille
    la gratouille     

    Hollande n'est pas un dirigeant,c'est unpolichinel,et il n'est pas de premier plan,il entraine avec lui la france vers les profondeurs de l'insignifiance.

  • Charly80
    Charly80     

    Et il critiquait de Sarko qui tentait d'amener Bachar el Assad aux tables de négociation au moment de sa prise de fonction. IL ne tire donc aucune leçon de l'Histoire, fut elle récente ?

  • Mounir2013
    Mounir2013     

    Dans la foulé de Barack Obama,Francois Holande essait de renouer des relations avec l'Iran afin de reconquérir
    la place qu'avait la france et l'union européenne comme premier partenaire économique étranger, ceci en parallèle
    des négotiations autour du nucléaire.
    Cette position de partenaire priviligiée ayant été perdue suite aux pressions Américaines afin d'affaiblir l'Iran économiquement
    en contraignant le monde à ne plus traiter avec ce pays (exemple: pertes pour Peugeot).
    Question 1:
    Danc ce contexte, la France n'a telle pas déja perdue sa place de partenaire économique privilégié
    au profit des Américains en cas de normalisation des relations avec l'Iran?

    Question 2:
    La position de la France sur la question Syrienne, alignée sur la position Américaine, ne risque t'elle pas
    de devenir intenable dans le cas ou l'Iran négocierait des partenariats économiques en échange d'un infléchissement
    des positons envers la Syrie partenaire inconditionnel de l'Iran? Si cela arrivait, Francois Holande sacrifierait-il
    de potentiels retombés économiques en maintenant son discours sur le dossier Syrien, sur lequel seul les Russes et
    les Américains en détiennent les cléfs?

Votre réponse
Postez un commentaire