En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Opération Sangaris en Centrafrique
 

Le président François Hollande en visite à Bangui a assuré vendredi aux soldats français de l'opération Sangaris en Centrafrique qu'un des objectifs de l'intervention était d'"éviter à tout prix la partition du pays".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

20 opinions
  • cgtfob
    cgtfob     

    Al. Azar
    Une réponse paisible malgré mes attaques contre votre religion vous honore
    Je ne m'en prends pas aux hommes mais quand en lisant une première page du coran vous lisez en gros que si vous êtes pas musulman vous êtes une merde alors inutile de tourner la 2 eme Pagé
    La religion est qq chose de personnel et l'essentiel est de essayer d'être qq de bien a l'écoute des autres c tout le reste c du Pipo et je suis catholique

  • Al Azar
    Al Azar     

    lire Abdelwahab, excuses pour la faute de frappe.

  • Al Azar
    Al Azar     

    Vous faites avec un jugement péremptoire ! J'ai du fuir le Liban, car les seules critiques qui vaillent ce sont celles faites de l'intérieur et qui sont difficilement acceptées, me faisant traiter d'apostat. Ils ne veulent rien savoir d'un "islam des lumières" , objet d'études historico-critiques et d'exégèse en ce sens. Malek Chebel, Abdennour Biddar ou Abselwahab Meddeb ou feu Mohamed Arkoun on de la chance de vivre en France et ils le savent que trop ! C'est de l'intérieur seul de notre religion que peut venir une évolution faisant intervenir la raison critique et jamais ils ne l'accepteront d'ailleurs. Je puis vous dire que m'accuser de Taqqiyah (double langage) me fait mal et ne vous honore pas ! Je vous salue cependant !

  • cgtfob
    cgtfob     

    désole pour vous AL AZAR faites un geste révolutionnaire ....CHANGEZ DE RELIGION !!!!! Ah c'et vrai comme disait l'autre représentant écrivain BOBO extrémiste de l'islam ... vous ne pouvez pas changer de religion (SAUF SI C EST POUR INFILTRE L 'ENNEMI !!!!!!! c'est beau l'islam )

  • ghysly44
    ghysly44     

    Faut pas REVER l'Afrique ce grand continent sera toujours en guerre et nous avec notre économie en berne nous voulons jouer les grands seigneurs ??? Ça suffit Mr Hollande vous fichez par les fenêtre l'argent du contribuable français qui essaie de s'en sortir en travaillant .... les africains ont des richesses qu'ils travaillent au lieu de quémander ... FRANCAIS REVEILLEZ VOUS ON GASPILLE VOTRE ARGENT ET VOUS SOCIALISTES VOUS ETES AUSSI COUPABLES QUE LE PRESIDENT QUE VOUS AVEZ NOMME !!!!!

  • Al Azar
    Al Azar     

    Au dernier recensement les musulmans représentent 10,1% de la population, l'animisme 9,6%, le christianisme 80,3% (protestantisme 51,4%, catholicisme 29%). Ce sont les chiffres de la République Centrafricaine de 2003.

  • choppaul
    choppaul     

    L' Afrique, en prend pour 20 ans, de guerre de religions.

  • cgtfob
    cgtfob     

    la partition de la centrafrique est le seule solution (comme la corée) un coté musulman l'autre catholique, .... la haine est devenue trop forte
    Et hollande veut éviter cela a tout prix préférant voir femmes et enfants s faire decouper à la machette !
    pas du tout visionnaire ce hollande

  • Al Azar
    Al Azar     

    Un ami Libanais de Bangui me communique : Retranchés dans leur quartier, attaqués par les miliciens antibalaka, les musulmans de la zone PK-5, à Bangui, sont à bout de nerfs : « Pas la peine de venir, nous sommes déjà tous morts, M. Hollande », dit une femme en tchador, à la veille de la visite du président français.
    Hier, les soldats français se montraient dans les rues de Bangui. Patrouilles à pied dans le centre-ville. Hélicoptère dans les airs. Blindés qui sillonnent la ville. À l'entrée du PK-5, au centre-ville, une trentaine de soldats français supervisent même une opération de fouilles de voitures menée par les gendarmes centrafricains. Le quartier est sous le choc. Depuis deux jours, l'une des dernières enclaves musulmanes de Bangui essuie des attaques répétées de la part de miliciens majoritairement chrétiens antibalaka. Des attaques à la machette. Mardi et mercredi, la plupart des onze cadavres ramassés à Bangui avaient fini déchiquetées dans ce quartier où musulmans et chrétiens avaient l'habitude de vivre ensemble. « Beaucoup étaient découpés en morceaux », témoigne un agent de la Croix-Rouge centrafricaine, chargée de la macabre besogne de ramasser les cadavres.
    Devant une pancarte où des gens ont écrit « Non à la France » à la peinture blanche, un groupe de musulmans discute. « PK-5, c'est le dernier quartier qui nous reste, mais depuis trois jours, la situation est pourrie. Les musulmans sont découpés en morceaux, nos maisons détruites et pillées. On ne comprend pas à quoi servent les Français depuis qu'ils sont là », accuse un homme sous couvert d'anonymat.
    « La France pourrait sécuriser Bangui en 48 heures si elle le souhaitait, mais elle laisse faire les attaques et les pillages. On a perdu confiance en la France », affirme Miradje Asfarany, un économiste de 45 ans.

    « Tout va très vite »
    Pendant qu'il parle, une femme s'approche, en colère. On lui apprend que François Hollande devrait faire une halte à Bangui aujourd'hui. « Qu'est-ce qu'il va faire ? Nous sommes déjà tous morts, M. Hollande. Les antibalaka sont là à 200 mètres, ils tuent nos enfants, ils détruisent nos maisons. Ils sont où, les soldats de Sangaris ? » demande-t-elle avant de partir. Cheikh Daoud Muslim Mbockani est plus virulent. Il dit que sa famille a été emportée par les antibalaka malgré ses appels à l'aide à l'adresse des soldats français. « Je vis les actions de Sangaris dans mon sang, dans ma chair. Dieu ne laissera pas la France impunie », clame-t-il. La petite foule rassemblée autour de lui opine du chef : « C'est vrai. »
    Les soldats français ne sont pas très loin. Quelques blindés légers autour d'un rond-point déserté où des soldats africains de la Misca ont installé leurs armes automatiques derrière des sacs de sable. Un peu plus loin, des familles ont trouvé refuge dans les jardins de la mosquée centrale où elles espèrent être protégées par les soldats burundais. Plus au nord, au PK-12, où une poignée de musulmans vivent reclus, entourés de miliciens qui les harcèlent, le quartier mixte vit au rythme des incursions de combattants musulmans et d'antibalaka.
    Mercredi, des Séléka (ex-rébellion à majorité musulmane) sont sortis du camp RDOT tout proche où ils sont censés être cantonnés pour lancer une grenade qui a explosé sur des civils sans faire de victimes. Pour se venger, des chrétiens en ont attrapé un et l'ont découpé en morceaux, exhibant à la foule un de ses pieds en sang. Hier matin, nouvelle incursion de Séléka. Mais cette fois, les Français ont pu intervenir à temps pour sauver un chrétien à qui les ex-rebelles venaient d'asséner un coup de machette dans le dos. « Pour nous, c'est difficile, tout va très vite, dit un soldat français posté pas loin. Nous avons des règles d'engagement. Ils le savent. On ne va pas tirer sur tout ce qui bouge. »

  • Al Azar
    Al Azar     

    Son mot d'ordre : Séléka delenda est ! Parodiant Caton.

Lire la suite des opinions (20)

Votre réponse
Postez un commentaire