En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le robot HitchBot avec ses créateurs, en juillet 2014.
 

HitchBot, un robot auto-stoppeur parti de la côte atlantique du Canada, a parcouru un peu plus de 6.000 kilomètres pour arriver jeudi à Victoria, capitale de la Colombie-Britannique sur la côte pacifique. Placé au bord de la route le 27 juillet à Halifax, ville côtière et capitale de la province de Nouvelle-Ecosse (est), ce drôle d'auto-stoppeur fait de bric et de broc a traversé tout le Canada d'est en ouest sans difficulté, tant les automobilistes étaient curieux de pouvoir l'embarquer pour quelques kilomètres ou même parfois sur une étape de près de 1.000 km.

C'est à l'initiative de chercheurs de l'université Ryerson de Toronto que le robot a été lancé sur les routes canadiennes. "Est-ce que les robots peuvent faire confiance aux humains?". Frauke Zeller, co-créatrice de HitchBot, avait expliqué au début de la traversée qu'habituellement la question est de savoir si les humains peuvent faire confiance aux robots dans leur vie quotidienne.

Pour fêter la réussite du voyage, le robot toujours équipé de ses bottes jaunes en caoutchouc, les bras et les jambes en frites de piscine en mousse, devait être présenté jeudi soir à Victoria. Les chercheurs vont ensuite analyser les données collectées tout au long du périple pour livrer les dessous d'une "relation avec la technologie et les robots (...) comme les notions de sécurité et de confiance", selon Frauke Zeller.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire