En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le leader du parti grec Syriza, Alexis Tsipras, dimanche 25 janvier, après sa victoire, à Athènes.
 

Les Grecs ont donné dimanche une victoire historique au parti de gauche radicale Syriza, en espérant "laisser l'austérité derrière", selon les mots du nouvel homme fort du pays, Alexis Tsipras. Quelle peut être sa marge de manoeuvre? BFMTV.com fait le point.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • bergheim
    bergheim     

    Dans un mois , on en parlera plus , la Grèce sera bien gentiment rentrée dans le rang !!!

  • brindacierfifi12
    brindacierfifi12     

    BRAVO ! PROCHAINS SUR LA LISTE : L'ESPAGNE PUIS LA FRANCE.

  • pujolm
    pujolm     

    Il me semble que ce qui c'est passé en Grèce est le résultat d'une frustration du peuple qui n'ayant pas été entendu par les politiques ils les ont sanctionné, c'est aussi ce qui c'est passé lors de la révolution Française le peuple n'ayant plus rien a manger c'est révolté et l'on sait comment cela c'est terminé par la décapitation du roi, alors franchement si j'étais au gouvernement je me ferais du soucis car Mr le président les citoyens en on marre de devoir faire des efforts sans que les hommes politiques ne renoncent a tous leur avantages.

  • pujolm
    pujolm     

    Comme je l'ai déjà dit je syuis ni une spécialiste n

  • valgego
    valgego     

    Maintenant ,mais c'est le 7 mai 2012 en France , le début de la fin , le moment de payer la facture , ou d'expliquer aux grecs comment ils doivent se passer de ce qui vient de leur être promis , après avoir englouti 240 milliards sans voir poindre l'ombre d'une réforme .

  • boff
    boff     

    OK, mais tous les pays ont profité de la reconstruction de l'après guerre pour gagner beaucoup d'argent. Ils n'avaient rien à faire de la dette de l'Allemagne. Aujourd'hui, tous les pays sont dans la mouise et ne peuvent donc que prêter et pas donner de l'argent qui appartient aux peuples.

  • 1PourAvis
    1PourAvis     

    En 1953, la dette contractée par l’Allemagne en-dehors des deux guerres mondiales a été réduite de plus de 60%.

Votre réponse
Postez un commentaire