En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L'enuqête a été menée par l'Agence nationale contre le crime. (illustration)
 

Médecins, enseignants, travailleurs sociaux, scouts, policiers... un réseau de pédophiles présumés a été démantelé en Grande-Bretagne, au terme de six mois d'enquête. L'opération ciblait "les personnes consultant des images indécentes d'enfants sur Internet".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Jean Aimarre
    Jean Aimarre     

    @hey bal...Qui a dit ou du moins, dans quel article avez vous lu que, je vous cite: -"une photo se soit affichée sur l'ordinateur de quelqu'un (...) n'est pas ce qu'on peut appeler une preuve"- ? Je ne crois pas qu'aux Royaumes-Unis, les enquêteurs ignorent se qu'est une preuve de..., ou pas. Leurs lois me sont inconnus en la matière mais je pense que sur plus de 800 perquisitions et plus de 600 inculpations, ils ont dû discerner et faire le tri dans ce que vous pensez apparemment être un accident. J'espère que vous faite la différence entre cliquet sur un lien ou une image ou détenir des fichiers pédophiles, et une éventuelle image qui s'afficherait (par hasard?), sur l'écran.

  • Jean Aimarre
    Jean Aimarre     

    Bravo ! Mais c'est pas assez. En espérant que c'est pas dans l'unique but d'essayer de se racheter pour le scandale de la BBC. Bon! bein faut que les procès suivent quand même pour être crédible et que les enquêtes ne s'arrêtent pas après ce coup de filet. (pub?)

  • Christophe Chaignon
    Christophe Chaignon     

    HOUAHOU, grand ménage...efficace !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Bon, les autres échanges étant supprimés, j'ai envie de rappeler que le fait qu'une photo se soit affichée sur l'ordinateur de quelqu'un, sans nécessairement qu'il la sollicite spécifiquement (tout comme on ne sollicite pas la pub sur BFM), sans nécessairement que ce soit lui qui s'en soit servi, n'est pas ce qu'on peut appeler une preuve. Je serais curieux de savoir comment procèdent les policiers.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    "Certaines personnes commencent par consulter des images indécentes d'enfants en ligne puis les agressent sexuellement" ... heu certes. Mais pourquoi ce besoin de se justifier, et surtout de baser la justification sur une logique aussi hasardeuse ?

Votre réponse
Postez un commentaire