En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un tank à Djobar, un quartier de Homs, en Syrie.
 

Selon un sondage CSA, 45% des Français se déclarent favorables à une opération militaire de l’ONU en Syrie. 40% y sont opposés.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Radi Maxion
    Radi Maxion     

    Les signes de la manipulation sont dans les silences des médias sur les images satellites des russes trahissant l’origine des tirs des missiles chimiques, comme il y a douze ans sur les causes de l’effondrement du WTC7, élément clé de le compréhension des évènements du 11/9.

  • ColibRIC41AC
    ColibRIC41AC     

    Oui, mais justement c'est le problème, ils interrogent des gens qui ne s'informent de rien sauf du foot et de la télépoubelle de la téléréalité et du jt de 20h, donc des gens complètement lobotomisés.
    Sans les commentaires qui nous permettent d'avoir une autre vision et des vraies informations, nous serions d'une ignorance aussi crasseuse qu'eux.
    - [..]Selon un sondage Reuters/Ipsos réalisé après l’attaque du 21 août, 60 % des États-Uniens sont opposés à une intervention en Syrie [LeParisien:85%,RTL:75%,RMC:90%,Metronews:75%] contre 9 % qui y sont favorables. S’ils étaient convaincus de l’usage d’armes chimiques par la Syrie, ils resteraient 46 % à s’opposer à la guerre et deviendraient 25 % à la soutenir. Le même sondage indique que les États-uniens apprécient encore moins la guerre secrète : ils sont 89 % à déclarer qu’il ne faut pas plus armer les rebelles, contre 11 % qui veulent les armer encore. Enfin, quatre options étaient proposées aux sondés : des frappes aériennes (soutenues par 12 %), la création d’une zone de non survol (11 %), le financement d’une force multinationale (9 %), et une intervention US directe (4 %).
    En France, Le Figaro, édité par le marchand d’armes Dassault, a posé la question à ses lecteurs : au bout d’une journée, ils étaient 79,60 % à s’opposer à la guerre contre 20,40 % à la soutenir.

  • deuxc
    deuxc     

    Etonnant les résultats du sondage...Surtout en lisant les commentaires sur le sujet.

Votre réponse
Postez un commentaire