Cameroun : GDF Suez "confirme l'enlèvement d'un de ses collaborateurs avec sa famille"

Sept français ont été enlevés au nord du Cameroun. Une première pour des occidentaux dans ce pays d'Afrique noire.

A.K. et C.P. avec AFP | Antoine Pollez (vidéo)
Le 19/02/2013 à 14:30
Mis à jour le 19/02/2013 à 22:18

François Hollande a confirmé mardi l'enlèvement de "sept compatriotes" : "trois adultes" et "quatre enfants" de la "même famille". Ils ont été enlevés par des hommes armés, "un groupe terroriste que nous connaissons" au nord du Cameroun : Boko Haram.
"C'est suffisamment inquiétant pour nous mobiliser " a ajouté le chef de l'Etat en marge d'une visite en Grèce.

Le président Hollande a appelé les touristes français dans cette zone "à ne pas s'exposer". "La plus grande probabilité, c'est qu'ils soient emmenés au Nigeria. Donc nous faisons tout pour éviter qu'ils soient retenus dans ce pays" a-t-il ajouté. "Nous devons avertir aussi tous les touristes dans cette zone du Cameroun d'éviter de s'exposer et nous devons aussi tout faire pour retrouver nos compatriotes".

Des expatriés en excursion

Il s’agit d’une famille d’expatriés basés à Yaoundé, la capitale du Cameroun, "dépendant d’une grande entreprise d’énergie" a précisé le président Hollande. "Ils étaient (au Cameroun) pour des raisons professionnelles, mais ils faisaient du tourisme" au nord du pays, a-t-il ajouté, confirmant une information du Parisien. GDF Suez a confirmé mardi l'enlèvement "d'un de ses collaborateurs avec sa famille".

Les ravisseurs, au nombre de cinq et circulant à moto selon RFI, auraient enlevé les touristes à 10 km de la frontière du Nigeria dans la localité camerounaise de Dadanga, avant de les conduire en territoire nigérian. "Visiblement, rapporte une source proche de l'ambassade de France à Yaoundé, les touristes rentraient du parc naturel de Waza (nord)." De source anonyme au parc de Waza, "Les touristes étaient allés visiter le parc hier, ils ont dormi au campement touristique du parc d'où ils sont partis ce matin".

La voiture de la famille a été retrouvée près de la frontière avec le Nigeria.

Un lien avec le Mali exclu par Hollande

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a de son côté expliqué dans une conférence de presse que la secte [islamiste] de Boko Haram a "des liens avec les terroristes du Mali". Si tout cela est confirmé, cela renforce le fait que "la lutte contre ces terroristes est une nécessité absolue" a-t-il ajouté, appelant la "communauté internationale" à lutter "contre ces narco-terroristes".

Le président François Hollande a peu après rejeté un lien entre cette prise d'otages et l'intervention militaire française au Mali. "Les Français sont ciblés depuis très longtemps", bien "avant l'intervention". "Il y a toujours un risque" d'enlèvement, a-t-il ajouté.

Une première dans cette zone

C'est la première fois que des touristes occidentaux sont enlevés au Cameroun, bien que des prises d'otages au large des cotes camerounaises surviennent régulièrement, la dernière en date étant survenue le 8 février. En décembre dernier, un ingénieur français, Francis Collomp, avait été enlevé au Nigeria, un rapt revendiqué par le groupe islamiste nigérian Ansaru qui pourrait être lié à la secte Boko Haram.

Le président Hollande a décrit mardi le nord du Cameroun comme "une zone dangereuse". Un avertissement relayé par le quai d'Orsay dans ses "conseils aux voyageurs", mardi soir.

>> La carte des neuf otages français détenus jusque là dans le monde :

La question du jour

Les manifestations en France peuvent-elles peser sur le conflit au Proche-Orient?