En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Explosion d'une bombe à Oslo: au moins deux morts
 

Une puissante explosion a endommagé vendredi plusieurs bâtiments publics dans le centre d'Oslo, y compris les bureaux du Premier ministre Jens Stoltenberg, faisant des morts et au moins des dizaines de blessés selon la police.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

44 opinions
  • JMB83
    JMB83     

    @ Cynique............Lire ce torchon quand on a eu des membres de sa famille enchaînés avec torture par des miliciens , femmes et enfants qui venaient leur cracher à la figure, ces gens étaient miliciens donc de l'extrême droite, c'est dégueulasse. La France libre actuellement vous la devez à ces résistants de droite de gauche mais sûrement pas à l'extrême droite.Ce n'est pas de la lecture ça , c'est du vécu de nos parents . Votre ignorance vous autorise à vous poser des questions mais pas à injurier nos parents .

  • Ouaff
    Ouaff     

    Lorsque quelqu'un rappelle que des gens de gauche ont été des vichystes ou des collaborateurs, certains ont une réponse toute prête : "ils n'étaient plus de gauche, c'était des rénégats".------------------------------C'est vrai pour certains.--------------Pierre Laval quitte la SFIO en 1924, il devient socialiste-indépendant proche de Briand. C'est ensuite une sorte de centriste "bien" avec tout le monde. En fait, sa rupture totale avec la gauche date du Front Populaire dont la victoire lui fit perdre ses chances de rester durablement au pouvoir.---------------------------------Marcel Déat n'était plus membre de la SFIO depuis 1933. Il était socialiste indépendant et pendant quelque temps soutien du Front Populaire.----------------------Jacques Doriot n'était plus membre du PCF depuis 1934. En 1936, il était hostile au Front Populaire.---------------------------------------------------------------------------------------------En revanche, d'autres appartenaient encore à des partis de gauche au moment de la défaite de juin 1940.----------Paul Faure, secrétaire général de la SFIO (1920-1940).------------------------René Belin, numéro 2 de la CGT (syndicat alors dirigé par les socialistes), ministre du travail de Vichy.---------------------André Delmas, secrétaire général du Syndicat National des Instituteurs de 1932 à 1940.----------------------Ludovic Zoretti, secrétaire général de la Fédération Générale des Enseignants (qui chapeautait les syndicats catégoriels dont le SNI).-------------------------Léon Emery, responsable de la Ligue de l'Enseignement.-------------------------------Signalons que ceux d'entre eux qui étaient à la SFIO (dont les 5 cités plus haut) furent exclus à la Libération. Il était impossible de faire autrement et les autres partis firent pareil. Mais, certains exclus furent réintégrés 10 ans plus tard environ : exemple, Robert Jospin, père de notre ancien premier ministre.

  • Ouaff
    Ouaff     

    "Cynique" a raison lorsqu'il écrit que parmi les vichystes et las collaborateurs, il y avait aussi bon nombre de gens issus de la gauche. D'ailleurs, moi, je le rappelle souvent lorsque je lis des commentaires venant "d'antiracistes" de gauche et nous serinant "Vichy, Vichy, Vichy".-------------------------------------------
    Malheureusement, certaines erreurs ponctuelles peuvent nuire à l'ensemble.-------------------------------D'abord, je me méfie des chiffres : 80% ici, d'autres ailleurs. Plus modestement, je dirai : personne n'a le monopole de la résistance ni de la collaboration. Parmi les vichystes et les collaborateurs, il y avait des gens de geuche, de droite, d'extrême-gauche, d'extrême-droite, du centre. Idem pour les Résistants.--------------------------------------Je pense que c'est moins la LICA (devenue la LICRA) qui est concernée dans cette affaire, mais la Ligue des Droits de l'Homme. En effet, si le président de cette association, Victor Basch fut assassiné par le Milice, son vice-président Félicien Challaye et la majorité de son bureau furent collaborateurs.-----------------------------------Maurice Papon n'était pas socialiste, mais radical. Il était trop jeune pour être secrétaire d'État de Léon Blum, il était seulement dans l'administration d'un de ces ministères.--------------------------- On pourrait cependant citer Charles Spinasse, ministre SFIO de Blum, collaborateur, puis à la fin de sa vie un des mentors corréziens du jeune .... Jacques Chirac ! Rien n'est simple !-----------------------------------------Le marseillais Simon Sabiani n'avait jamais été membre de la SFIO car il était en conflit avec ce parti dans sa ville. Au début des années 20, il était membre du PCF, puis ensuite membre d'un petit parti qui devait plus tard rejoindre la SFIO. Mais, lui n'en faisait plus partie à ce moment-là. Adjoint au maire de Marseille (un socialiste dissident), il devait ensuite rejoindre le PPF (de Doriot).---------------------------------------------------L'amiral Darlan n'était probablement pas membre d'un parti. Mais, son père avait été ministre radical et lui, il obtenait des avancements non négligeables sous des ministres radicaux.

  • Ouaff
    Ouaff     

    Les 3 dirigeants du Komintern, non concernés par cet incendie et acquittés en 1933, étaient 3 Bulgares : Dimitrov, Popov et Tanev.-------------------------L'URSS leur accorda la nationalité soviétique et les rapatria.-------------------------Dimitrov devint le dernier dirigeant du Komintern (1935-1943) puis le premier de la Bulgarie communiste après 1945.-----------------------------------Quant à Popov et Tanev, en 1937, ils furent liquidés par .... Staline !

  • zedzd
    zedzd     

    Vous rappeliez les liens que la gauche avec la collaboration, je ne fait que rappeler les liens que le FN a eu avec la collaboration, parfois très active, et que bien souvent les frontistes (je n'ai pas dit vous) oublient bien facilement. Pour eux, c'est plus facile de rappeler le passé collaborateur de Mitterrand (et oublier qu'il a été aussi un résistant, comme un certain Poujade, père spirituel de Le Pen) que parmi les fondateurs du FN, des anciens SS et collaborateurs avaient leur place. Je n’ai pas dit que j’approuvais les états communistes, et les millions de morts qu’ils ont semés, mais que dire que les communistes avaient été collaborateurs, c’étaient une contre vérité historique totale. D'ailleurs, quand vous dîtes que 80% étaient de gauche, s'en est une autre...

  • Cynique
    Cynique     

    Quelle caricature ! Mais les extrêmes sont sœurs, et vous l’avez lu plus haut. Elles ont commis les mêmes monstruosités : il n’y a pas de différence entre ceux qui tendent le bras droit et ceux qui lèvent le poing gauche, entre les chemises brunes et les chemises rouges qui n’ont pour desseins (voyez les victimes de ces régimes et vous constaterez que le XX è siècle a été le plus horrible. Ne vous contentez pas de voir ce qui s’est passé que d’un côté). Qu’il faille dénoncer ce qui s’est passé sous le régime nazi et s’en souvenir est nécessaire : il ne faut pas oublier. MAIS, il y a toujours un mais, j’attends toujours de voir ceux qui proclament les droits humains de dénoncer aussi les crimes commis par les communistes dont ma famille a fait les frais (L’Holodomor, Mao, Pol Pot etc, : plus de 150 millions de morts…). DE PLUS, ne vous en déplaise, les politiques n’ont aucune conscience et morale et vont là où sont leurs intérêts : et s’il fallait qu’ils signent un pacte avec le diable, ils le feraient. D'AILLEURS , je ne crois en aucune idéologie ou partis et je suis lucide quant à leurs discours. La où est le vent, le politique et là pour conserver ou obtenir le pouvoir. QUANT A LA MORALE politique elle est là pour séduire un électorat afin de ne servir que leurs desseins. Des citoyens ils s’en foutent et c ‘est le cadet de leurs soucis.

  • zedzd
    zedzd     

    Léon Gaultier, ancien SS, membre du conseil dès la création du FN en 1972,
    André Dufraisse. Ex-membre du Parti populaire français (principal partie de collaboration en France, et fasciste) et de la Légion des volontaires français (LVF),Membre du bureau politique du Front national de 1972 à sa mort, chargé du recrutement des chefs d’entreprise, André Dufraisse fut aussi le compagnon de Martine Lehideux (autre fondatrice du FN), ancienne présidente du groupe FN au conseil régional d’Ile-de-France, elle-même nièce de François Lehideux, ministre de l’Industrie de Pétain.
    François Brigneau, vice président du FN à sa création, et ancien milicien.
    Roland Goguillot, alias Roland Gaucher, s’occupa pendant la guerre des jeunesses du RNP de Marcel Déat.
    Pierre Bousquet, premier trésorier du FN, décédé en 1991, était un ancien caporal de la division Charlemagne.
    Victor Barthélemy, secrétaire général du Front national de 1973 à 1978, décédé en 1985, fut le secrétaire de Jacques Doriot, chef du PPF. Il a été membre du comité central de la Légion des volontaires français (LVF).
    Gilbert Gilles, ancien SS, chargé de mission par Le Pen.
    Les Frontistes auraient ils la mémoire courte pour oublier que plus de la moitié des membres fondateurs de leur partie étaient des collaborateurs voir des SS ?
    Sinon, il faut rappeler que le pacte Germano-Soviétique est principalement dût au fait que les Occidentaux ignoraient l’URSS (dixit Churchill dans ses Mémoires). Partout en Europe, les communistes ont été les principaux résistants aux nazis.
    Sinon quand on regarde les principales guerres en Europe depuis 150 ans, il y a une constance : le nationalisme est toujours une des causes principales : la guerre de 1870 permet à Bismarck d’affirmer le nationalisme allemand, la première guerre balkanique de 1913, la guerre de 14-18 (qui est en plus la mère de la suivante), celle de 39-45, le démantèlement de l’ex Yougoslavie. Si Jaurès et les pacifistes avaient été écoutés, il n’y aurait eu ni de guerre en 14, ni probablement de nazisme (l’Allemagne n’aurait pas été humiliée en 19), ni donc de guerre en 39-45. Mais Jaurès a été assassiné, et des millions d’hommes avec lui. Le patriotisme, c’est l’amour des siens, le nationalisme, c’est la haine des autres.

  • marquisat
    marquisat     

    A quoi rime cette litanie ? A montrer que les gens d'extrême-droite sont en réalité des gens d'extrême-gauche ? Ou qu'un certain nombre de personnages plus ou moins historiques ont, à un moment ou à un autre, changé de bord ? Qu'est-ce que ça dit sur les bords en question ? D'abord, la plupart des adeptes d'un camp n'ont pas changé. D'autre part, on ne juge pas d'un parti, d'une opinion, d'un camp politique par l'itinéraire de quelques-uns de leurs membres, mais par ce qu'ils ont produit et accompli. Que Doriot ait commencé dans un parti de gauche change-t-il quelque chose à la réalité de la politique de Vichy, et de la pratique hitlérienne ? Pétain était-il gauchiste ? Et Hitler et ses partisans ? Votre théorie, si on peut appeler ça comme ça, n'a aucune sens ni aucune valeur historique.

  • Je réagis
    Je réagis     

    Les médias sont ficélés, encore une preuve flagrante. L'autre serait d'extreme droite, "islamophobe" et faisant partie d'une loge maçonnique avec son costume d'apparat ? Oo y croit tous, fermons les yeux bien fort...

  • Cynique
    Cynique     

    [Contenu Modéré]

Lire la suite des opinions (44)

Votre réponse
Postez un commentaire