Espagne : Aurore Martin, libérée samedi, a regagné la France

La militante basque française est sortie de prison en Espagne après le paiement de sa caution. Elle a regagné dans la nuit de samedi à dimanche les Pyrénées-Atlantiques.

A. G. avec AFP
Le 22/12/2012 à 16:56
Mis à jour le 23/12/2012 à 7:23

La militante basque française Aurore Martin est sortie samedi de sa prison madrilène et a regagné les Pyrénées-Atlantiques dimanche dans la nuit, après 52 jours de détention qui ont suscité au Pays basque français un émoi et une mobilisation dépassant largement le milieu nationaliste.

Aurore Martin avait quitté samedi vers 17 heures la prison de Soto del Real, au nord de Madrid. Elle est arrivée peu après minuit à Saint-Jean-Pied-de-Port, à 50 km de Bayonne. Là, 50 personnes ont esquissé quelques pas de danse basque pour lui souhaiter la bienvenue.

La justice espagnole avait annoncé vendredi la remise en liberté contre caution de 15.000 euros de la militante nationaliste de 33 ans, qui avait été arrêtée le 1er novembre lors d'un contrôle routier de gendarmerie à Mauléon, dans les Pyrénées-Atlantiques, puis remise à Madrid en vertu d'un mandat d'arrêt européen.

Sous contrôle judiciaire

Jean-François Lefort, porte-parole de l'organisation nationaliste Batasuna, a indiqué qu'elle ne ferait pas de déclaration. "Nous sommes très contents qu'Aurore Martin ait été libérée", a-t-il ajouté et "nous rappelons qu'elle a été incarcérée deux mois pour un délit d'opinion".

Aurore Martin est libérée sous contrôle judiciaire. Elle peut résider en France mais devra disposer d'une domiciliation en Espagne et pointer entre le 1er et le 5 de chaque mois au tribunal de sa domiciliation espagnole, selon son avocate Amaia Recarte.

L'arrestation d'Aurore Martin, une militante de profil mineur, à qui Madrid reprochait d'avoir participé à des réunions de Batasuna, autorisé en France mais illégal en Espagne (il y est considéré comme le bras politique de l'ETA), avait causé un émoi considérable au Pays Basque français, mobilisant les élus de diverses tendances politiques pour sa libération.

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?