Enlèvement au Cameroun : les otages français seraient au Nigéria

Les sept otages français, dont quatre enfants, enlevés mardi alors qu'ils visitaient le Cameroun, se trouvent déjà au Nigéria selon le gouvernement camerounais.

A. G.
Le 20/02/2013 à 9:10
Le père de famille enlevé, Tanguy Moulin-Fournier (photo non datée) (BFMTV)

Cameroun : le Quai d'Orsay a-t-il sous-évalué les risques ? - 20/02


Les sept otages français, dont quatre enfants, kidnappés mardi au Cameroun, ont traversé la frontière et se trouvent au Nigéria, selon le gouvernement camerounais. La France n'a pas encore confirmé l'information.

"Les ravisseurs ont traversé la frontière du Nigeria avec leurs otages", a affirmé le ministère des Affaires étrangères mardi soir dans un communiqué lu sur les antennes de la radio d'Etat, la Cameroon Radio-Television.
    
Selon le ministère, "l'enlèvement a eu lieu ce matin du mardi 19 février aux environ de 9 heures", ciblant "une famille de touristes français." L'événement "s'est produit au lieu dit Sabongari situé à 7 km au nord de la localité de Dabanga, sur la route nationale numéro 1 qui longe à cet endroit la frontière terrestre entre le Cameroun et la République fédérale du Nigeria."

Un témoin raconte

Un conducteur de bus, interrogé par le Parisien et témoin de l'enlèvement, raconte la scène. "Je me suis retrouvé bloqué à un carrefour. J'ai vu huit hommes répartis sur quatre motos, tous armés de kalachnikovs. Les Français étaient dans une voiture individuelle qui arrivait en face nous. Les hommes armés ont foncé directement sur leur véhicule. L'un d'eux est descendu de sa moto. Il est rentré dans la voiture et tous sont repartis, les motos entourant de près le véhicule."

Pour le moment, l'enlèvement n'a pas été revendiqué, mais de forts soupçons pèsent sur Boko Haram, une secte sanguinaire, fondée au début des années 2000 au Nigéria et haïssant l'Occident.

La question du jour

Série de crashs aériens: avez-vous plus peur de l'avion?