En Grèce, la jeunesse sacrifiée lutte pour trouver des emplois

En Grèce, plus de la moitié des jeunes de 15 à 24 ans non scolarisés sont au chômage, un record dans l'Union européenne. Pour cette génération sacrifiée, l'Organisme pour l'emploi (OAED) est un passage obligé.

Mariam Pirzadeh | AFP
Le 14/06/2012 à 11:47
Mis à jour le 14/06/2012 à 12:01

Dans un salon pour l’emploi en plein cœur d’Athènes, les visiteurs sont nombreux, malgré la rareté des offres d’emplois affichées. Alexandros vient tenter sa chance. A 27 ans, ce statisticien cache son pessimisme sous un sourire de façade. En effet, depuis 2010, le chômage a doublé en Grèce. Il atteint à présent 22%. Certains jeunes se sont résignés, d'autres voient leur avenir ailleurs, à l'étranger, loin des 460 euros mensuels proposé au moins de 25 ans. En 2011, ce sont 23.000 jeunes diplômés qui ont migré vers l'Allemagne. Pour enrayer le phénomène, la Commission européenne a promis un plan pour relancer l'emploi des jeunes avant la fin de l'année.

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?