Election du pape : le conclave avancé sur décret de Benoît XVI ?

Le pape Benoît XVI pourrait publier un décret pour avancer le conclave chargé d'élire son successeur, a annoncé mercredi le porte-parole du Vatican.

M. T. avec AFP
Le 20/02/2013 à 14:41
Mis à jour le 20/02/2013 à 14:53
Le pape Benoît XVI, ici en mai 2010 à la chapelle des apparitions de Fatima (Portugal), doit quitter ses fonctions le 28 février. (Pierre-Philippe Marcou - AFP)

Quel nouveau pape espèrent les fidèles ? - 12/02


Vatican : le pape Benoît XVI se présente devant ses fidèles - 13/02


Un successeur à Benoît XVI plus tôt que prévu ? Selon le porte-parole du Vatican, le pape actuel pourrait publier un décret pour avancer le conclave chargé d'élire son successeur. Théoriquement, celui-ci ne peut pas se réunir avant le 15 mars.

"Le pape est en train d'évaluer la possibilité de publier un Motu proprio (décret) dans les prochains jours", a déclaré mercredi le père Federico Lombardi. C'est-à-dire avant sa démission, prévue le 28 février prochain.

>> A lire aussi - élection d'un nouveau pape, mode d'emploi

Ce décret préciserait "quelques points particuliers de la constitution apostolique sur le conclave", a indiqué le père Lombardi. Des points se rapportant à la fois à la date du conclave et à son déroulement liturgique.

Délai actuel de 15 à 20 jours

Actuellement, la constitution du Vatican prévoit un délai de 15 à 20 jours entre le décès ou la démission d'un pape et la convocation du conclave. Ce délai est prévu pour laisser le temps aux 117 cardinaux électeurs, âgés de 80 ans au maximum, de se rendre à Rome.

Si Benoît XVI quitte ses fonctions le 28 février comme il l'a annoncé, le conclave ne peut donc pas se réunir avant le 15 mars.

C'est la proximité de la fête de Pâques qui pourrait pousser le pape à hâter les choses. Avancer le conclave permettrait ainsi au nouvel élu de mieux se préparer à cette célébration de la résurrection du Christ, très importante pour le 1,2 milliard de catholiques.

La question du jour

Les manifestations en France peuvent-elles peser sur le conflit au Proche-Orient?