En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Mahmoud Hussein est emprisonné depuis le 25 janvier 2014, pour avoir porté un T-shirt "Nation sans torture", lors d'une manifestation de l'opposition.
 

Amnesty International dénonce, dans un rapport publié fin juin, la répression tous azimuts menée par le pouvoir égyptien contre la jeunesse du pays. A l'image de Mahmoud Hussein, arrêté en 2014 pour un simple slogan sur un T-shirt, ils sont des milliers de jeunes à croupir dans les geôles du pays pour avoir participé à des manifestations d'opposition.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • AgentK3
    AgentK3     

    Au moins il saura de quoi il parle!

  • sortilege
    sortilege     

    et alors , à chaque pays sa justice.à chacun sa m.... et nous on est servi !!!!!!

  • Au piff
    Au piff     

    Tiens ça me rappelle un pays où plusieurs citoyens ont été arrêtées et emprisonnées pour port de tshirt rose ou bleu ciel avec un logo montrant un des parents hétéros avec leurs enfants ...
    C'était je crois dans le pays dit des droits de l'homme ....

    Hybow
    Hybow      (réponse à Au piff)

    Mais qu'est-ce qu'il dit ?

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Au piff)

    Mytho...

  • MOA01
    MOA01     

    Cela ne risque pas d’arriver ne France où vous pouvez vous promener avec drapeaux, t-shirts et autres affichants de vues de toutes sortes… surtout celles de extrêmes !

  • Grincheux
    Grincheux     

    la révolution égyptienne a du bon ....

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Grincheux)

    Ouais mais c'est ça ou le chaos comme dans d'autres pays pas si éloignés. On a vu ce que ça a donné de tous les pousser à plus de démocratie (Lybie, Syrie, Tunisie...), maintenant on réfléchira probablement à deux fois avant de critiquer leur dérives autoritaires.

Votre réponse
Postez un commentaire