En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Joute verbale entre charles doux et la fnsea sur l?avenir du groupe volailler
 

par Pierre-Henri Allain RENNES (Reuters) - Le secteur avicole français est en danger de mort après la décision du tribunal de commerce de Quimper...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • ratamiaou
    ratamiaou     

    Si des gens comme LDC ne peuvent pas reprendre, franchement l'issue est quasi certaine. Le frais reste très important dans la filière certes sans beaucoup de valeur ajoutée mais assure la rotation. Sans débourser un rond ce sont les concurrents qui vont en profiter en prenant la place sur le marché du frais.

Votre réponse
Postez un commentaire