Otages français : revivez la journée de jeudi

Les sept otages français enlevés mardi au Cameroun, libérés au Nigeria, c'est ce qu'indiquaient jeudi matin des sources militaires camerounaises. L'information a été officiellement démentie par le quai d'Orsay.

M.R.
Le 21/02/2013 à 10:20
Mis à jour le 21/02/2013 à 19:37
Dikwa, localité nigériane où l'armée camerounaise indiquait jeudi matin avoir retrouvé la famille enlevée d'otages français. (Mapbox)

>> L'ESSENTIEL

• Un officier de l'armée camerounaise a annoncé jeudi matin la libération des sept otages français, enlevés mardi au Cameroun.

• Le quai d'Orsay a officiellement démenti la libération des otages.

• Les forces de sécurité nigérian auraient cerné les ravisseurs.

Les otages français, enlevés mardi au Cameroun auraient été retrouvés jeudi matin. La nouvelle, provenant de l'armée camerounaise a été, démentie en début d'après-midi par la cellule de crise du quai d'Orsay, qui évoque une "information sans fondement".

>> Ce live est désormais terminé. Retrouvez notre synthèse de la journée en cliquant ici.

18h27 - François Hollande indique que les otages sont retenus "sans doute en deux groupes". Le président français, a fait peu de commentaires, estimant que "la discrétion est la condition de l'efficacité". "Nous sommes en pleine coopération avec les autorités nigérianes et camerounaises pour localiser l'endroit ou seraient nos ressortissants"a également déclaré François Hollande.

16h45 - Plusieurs médias relaient une nouvelle information sur les otages. Les forces de sécurité nigérianes auraient encerclé les ravisseurs des otages et tenteraient de les libérer, selon une source militaire nigériane.

15h30 - Jean-Marc Ayrault commente l'affaire des otages. Le Premier ministre, qui reçoit jeudi son homologue roumain s'est exprimé sur le sort des otages, indiquant que si "une dépêche a pu laisser espérer que les otages auraient été libérés, malheureusement ce n'est pas le cas".

15h00 - Jacob et Morin attaquent Arif. Après Hervé Morin, qui a critiqué jeudi matin l'annonce prématurée du ministre délégué aux Anciens combattants, le député UMP Christian Jacob parle d'un "cafouillage" et d'"erreur grave", "que tout le monde vit avec beaucoup d'émotion car on parle d'otages, de familles".

14h40 - Valérie Debord s'en prend à Kader Arif sur Twitter. La députée UMP estime que Kader Arif "a commis une faute dont il doit rendre compte".


13h23 - La cellule de crise du Quai d'Orsay évoque une "information sans fondement" et dément la libération des otages. "Les gouvernement des pays concernés, le Nigeria et le Cameroun ont également démenti. Cette information n'est pas recoupée et il faut la prendre avec la plus grande prudence" a indiqué Didier Le Bret, directeur de la cellule de crise du Quai d'Orsay.

12h22 - Alain Marsaud veut rester prudent quant à la libération des otages. Cependant, selon le député des Français établis au Cameroun, s'exprimant sur BFMTV, la famille pourrait avoir été recueillie par l'armée nigériane. Celle-ci serait en train de dialoguer avec les autorités camerounaises. Le député indique attendre des informations du ministre de la Défense camerounais "dans les heures qui viennent".

12h19 - L'armée nigeriane dément également la libération des otages. "Ce n'est pas vrai", a déclaré Sagir Musa, porte-parole d'une unité spéciale de l'Etat de Borno.

11h40 - Pour Hervé Morin, Kader Arif a "parlé trop vite". Selon l'ancien ministre de la Défense, "ce n'est pas à un ministre délégué de confirmer dans l'hémicycle, il a parlé trop vite". "C'est au moins au ministre des Affaires étrangères, probablement même au Premier ministre de faire une annonce comme celle-ci" a jugé Hervé Morin.

11h26 - Un député français "se réjouit" de la libération des otages. Alain Marsaud, député des Français établis au Cameroun "remercie" dans un communiqué le président Paul Biya "qui a mis tout en oeuvre pour libérer nos otages".

11h04 - Un ministre camerounais dément que les otages aient été libérés. "C'est une folle rumeur. Si d'aventure ce qui s'est dit à travers cette rumeur était une vérité, le gouvernement camerounais aurait déjà porté l'information à la France" a déclaré le ministre Issa Tchiroma Bakary.

10h45 - L'Elysée ne confirme toujours pas la libération des otages
et invite à la plus grande prudence sur cette information.

10h40 - L'ambassade de France à Yaoundé
n'est pas en mesure de confirmer la libération des otages.

10h30 - Kader Arif revient sur ses propos
. Il n'y a "pas de confirmation officielle" d'une libération. "Il s'agissait d'informations transmises par voie de presse, il n'y a pas pour le moment de confirmation officielle à ce stade" a déclaré le ministre.

10h00 - Le Quai d'Orsay
juge la déclaration de Kader Arif, "étonnante". La règle veut que les otages ne soient considérés comme libérés qu'à partir du moment où ils sont entre les mains de diplomates français ou de l’armée française.

10h16 - Le ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif a déclaré dans l'enceinte de l'Assemblée nationale que "les otages au Cameroun ont été libérés".

9h36 - Les otages auraient été libérés. La famille de sept expatriés français, trois adultes et quatre enfants enlevés mardi au Cameroun, ont été retrouvés dans une maison au Nigeria jeudi. Selon des sources militaires "ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa" et seraient "sains et saufs".


Les otages français auraient été retrouvés dans une maison de la localité de Dikwa, au Nigéria. (Mapbox - montage BFMTV)

Les Moulin-Fournier sont une famille d'expatriés vivant à Yaoundé. Le père, présenté dans la vidéo ci-dessous, est cadre chez GDF-Suez.

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?