En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Titre
 

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • virgile999
    virgile999     

    L'accidentologie des ULM est catastrophique, 1 mort pour 300 pratiquants par an en ULM contre 1 pour 4000 en avion et 1 pour 10000 en planeur. Il est temps de mettre de l'ordre dans le niveau de formation de leurs instructeurs et le programme de ce brevet de pilote au rabais. Ajoutons que les appareils ne sont pas assujettis à contrôle technique et qu'il n'y pas de visite médicale périodique pour les "pilotes", s'ils peuvent porter ce titre. En outre, il est scandaleux que n'importe quel pratiquant puisse prendre à bord des passagers payants avec un niveau de formation aussi faible. En avion celà ne peut être le cas qu'à bord d'un appareil certifié régulièrement entretenu par un atelier agréé et le pilote doit être titulaire d'une licence professionnelle.

    pilote84
    pilote84      (réponse à virgile999)

    Je suis pilote avion, planeur et instructeur ULM 3 axes, si il y avait un tel taux de mortalité, j'aurais arrété l'ULM depuis longtemps.
    Mes élèves sont qualifiés pour voler. Je ne leur donne pas un brevet de se tuer! Ils sont formés comme des pilotes avions et je suis aussi exigeant que l'étaient mes instructeurs.
    Nombre de pilotes ULM sont des pilotes avion brevetés qui abandonnent l'aviation certifiée à cause des lourdeurs administratives qui la tue.
    La formation si elle est rigoureuse doit permettre d'éviter ces risques.
    Maintenant, je ne vois pas pourquoi un aéro club pourrait faire des baptêmes de l'air et pas un club ULM, le pilote avion n'est pas plus professionnel que celui de l'ULM et je vous confirme qu'il est bien moins dangereux de tomber en panne en ULM qu'en avion, ne serait ce que pour la vitesse d'approche moteur coupé qui doit être de 65 km/h.
    Au fait, je connais un instructeur ULM en nouvelle Calédonie, c'est un ancien pilote de chasse avec plusieurs milliers d'heures !!

    pilote84
    pilote84      (réponse à virgile999)

    Je suis pilote avion, planeur et instructeur ULM 3 axes, si il y avait un tel taux de mortalité, j'aurais arrété l'ULM depuis longtemps.
    Mes élèves sont qualifiés pour voler. Je ne leur donne pas un brevet de se tuer! Ils sont formés comme des pilotes avions et je suis aussi exigeant que l'étaient mes instructeurs.
    Nombre de pilotes ULM sont des pilotes avion brevetés qui abandonnent l'aviation certifiée à cause des lourdeurs administratives qui la tue.
    La formation si elle est rigoureuse doit permettre d'éviter ces risques.
    Maintenant, je ne vois pas pourquoi un aéro club pourrait faire des baptêmes de l'air et pas un club ULM, le pilote avion n'est pas plus professionnel que celui de l'ULM et je vous confirme qu'il est bien moins dangereux de tomber en panne en ULM qu'en avion, ne serait ce que pour la vitesse d'approche moteur coupé qui doit être de 65 km/h.
    Au fait, je connais un instructeur ULM en nouvelle Calédonie, c'est un ancien pilote de chasse avec plusieurs milliers d'heures !!

Votre réponse
Postez un commentaire