En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Des troupes turques interviennent en Syrie pour évacuer des soldats, Damas dénonce une "agression"

Mis à jour le
Des soldats turcs dans la ville de Diyarbakir, en octobre 2014. (photo d'illustration)
 

Des soldats turcs ont fait une incursion en Syrie, dans la nuit, pour évacuer une tombe ottomane et les soldats chargés de sa surveillance.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Klephte
    Klephte     

    La Turquie déplace son armée pour sauver un monument et ses soldats de garde en Syrie............mais la vie des femmes et enfants et vieillards à Kobané ne valait pas autant pour Erdogan.

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    La Turquie n'en a absolument rien à faire de l'EI au contraire.
    Quel culot et insulte à notre intelligence de faire croire qu'elle a effectué cette opération pour des motifs louables, en fait la Turquie profite de la situation pour provoquer la Syrie fortement affaiblie et ensuite grappiller ce qui l'intéresse aux dépends de celle-ci.
    Pourquoi envoyer 600 hommes pour soi-disant évacuer des gars d'un lopin de terre et en même temps assister au massacre de Kobané de manière outrageusement passive.

  • 05 2017
    05 2017     

    Les Etats-Unis et la Turquie ont signé jeudi à Ankara un accord, scellé il y a deux jours, pour former et équiper des opposants syriens modérés en Turquie, ont annoncé des responsables américains et turcs.

    « La Turquie et les Etats-Unis ont signé un document il y a peu concernant le programme de formation et de fourniture d’équipement« , a annoncé le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu à des journalistes.

    « Je peux confirmer que l’accord a été signé ce soir à Ankara« , a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’ambassade américaine. Les signataires sont le sous-secrétaire au ministère des Affaires étrangères turques Feridun Sinirlioglu et l’ambassadeur américain à Ankara John Bass, a précisé une source gouvernementale.

    L’annonce met un terme à des mois de négociations difficiles entre les alliés au sein de l’Otan sur la formation des rebelles syriens et sur quel ennemi il faudrait se concentrer.

    Ankara, très critique vis-à-vis du président syrien Bashar al-Assad, souhaite que les factions de rebelles modérés soient entraînés pour combattre tant le régime de Damas que les insurgés du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui contrôlent de larges zones de territoires en Irak et en Syrie jusqu’à la frontière turque.

  • 05 2017
    05 2017     

    Les Etats-Unis et la Turquie ont signé jeudi à Ankara un accord, scellé il y a deux jours, pour former et équiper des opposants syriens modérés en Turquie, ont annoncé des responsables américains et turcs.

    « La Turquie et les Etats-Unis ont signé un document il y a peu concernant le programme de formation et de fourniture d’équipement« , a annoncé le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu à des journalistes.

    « Je peux confirmer que l’accord a été signé ce soir à Ankara« , a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’ambassade américaine. Les signataires sont le sous-secrétaire au ministère des Affaires étrangères turques Feridun Sinirlioglu et l’ambassadeur américain à Ankara John Bass, a précisé une source gouvernementale.

    L’annonce met un terme à des mois de négociations difficiles entre les alliés au sein de l’Otan sur la formation des rebelles syriens et sur quel ennemi il faudrait se concentrer.

    Ankara, très critique vis-à-vis du président syrien Bashar al-Assad, souhaite que les factions de rebelles modérés soient entraînés pour combattre tant le régime de Damas que les insurgés du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui contrôlent de larges zones de territoires en Irak et en Syrie jusqu’à la frontière turque.

  • 37berry
    37berry     

    Selon la Commission d'enquête internationale indépendante de l'Onu sur la Syrie, les protestations pacifiques de 2011 ont dégénéré en guerre civile en Syrie suite à l'ingérence de pays étrangers dans le règlement de la crise. L'ingérence de pays étrangers, ainsi que leur aide financière, militaire et technique ont fait dégénérer les protestations pacifiques de 2011 en guerre civile en Syrie, a annoncé vendredi à Genève la Commission d'enquête internationale indépendante des Nations unies sur la Syrie.

  • 37berry
    37berry     

    Le général Wesley Clark, ancien suprême commandeur de l’Otan, a déclaré à CNN que l’Émirat islamique avait été « créé par nos amis et nos alliés pour vaincre le Hezbollah », mettant ainsi clairement en cause la responsabilité d’Israël. Depuis 2001, le général Clark est le porte-parole d’un groupe d’officiers supérieurs opposés à l’influence israélienne sur la politique extérieure des États-Unis, à ses développements impérialistes agressifs et au remodelage du « Moyen-Orient élargi ». Il s’était opposé au déploiement de troupes en Irak, et aux guerres contre la Libye et contre la Syrie.

  • 05 2017
    05 2017     

    Les Etats-Unis et la Turquie ont signé jeudi à Ankara un accord, scellé il y a deux jours, pour former et équiper des opposants syriens modérés en Turquie, ont annoncé des responsables américains et turcs.

    « La Turquie et les Etats-Unis ont signé un document il y a peu concernant le programme de formation et de fourniture d’équipement« , a annoncé le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu à des journalistes.

    « Je peux confirmer que l’accord a été signé ce soir à Ankara« , a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’ambassade américaine. Les signataires sont le sous-secrétaire au ministère des Affaires étrangères turques Feridun Sinirlioglu et l’ambassadeur américain à Ankara John Bass, a précisé une source gouvernementale.

    L’annonce met un terme à des mois de négociations difficiles entre les alliés au sein de l’Otan sur la formation des rebelles syriens et sur quel ennemi il faudrait se concentrer.

    Ankara, très critique vis-à-vis du président syrien Bashar al-Assad, souhaite que les factions de rebelles modérés soient entraînés pour combattre tant le régime de Damas que les insurgés du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui contrôlent de larges zones de territoires en Irak et en Syrie jusqu’à la frontière turque.

  • al Azar
    al Azar     

    En 1921, la France n' "occuppait" pas ce territoire, mais y était, mandatée pas la SDN (Société des Nations, ancêtre de l'Onu). Un peut de culture ne ferait pas de mal aux rédacteurs de ce texte !!!

Votre réponse
Postez un commentaire