En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le premier ministre tunisien a démissionné
 

par Tarek Amara TUNIS (Reuters) - Le Premier ministre tunisien, l'islamiste modéré Hamadi Jebali, a démissionné mardi après l'échec de son projet...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • forgaia
    forgaia     

    Il sait qu'il ne pourra pas s'entendre avec les gauchistes-communistes, les verts communistes, les ligues contre les patrons, les socialistes grands teints qui refusent de donner leurs mandats en trop, il démissionne! Ah c'est vrai c'est en Tunisie. Un conseil laissez la Tunisie de côté, n'y allez plus en vacances vous risquez votre peau. Ils veulent la peau des Français, comme en Égypte, comme en Algérie, comme en Libye, laissez vos envies de tourisme regarder ailleurs.

  • CHAGA
    CHAGA     

    C'est un moment historique pour les révolutions arabes qui marquent un tournant et une rupture interne au sein des partis islamiques. Entre une frange modérée qui pourrait s'assimiler au parti au pouvoir en Turquie et une frange plus conservatrice qui pourrait être rapprocheé de ce qui est à l'œuvre en Iran. C'est une chance pour la démocratie et l'émergence d'une laïcité à la Tunisienne. Le haut niveau d'éducation de ce peuple y est pour beaucoup. Espérons que les mouvements laïcs seront saisir l'occasion et que se mettra en place un gouvernement d'union national capable de rendre irréversible le mouvement démocratique dans ce pays en s'associant avec cette frange modérée. Partie qui espérons le pourrait se confondre en équivalent des partis démocrates chrétiens présents de l'autre côté de la méditerranée qui défendent certaines valeurs morales mais ne mêlent pas religion et pouvoir dans le débat politique.

Votre réponse
Postez un commentaire