En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
"Libérator", première arme à feu imprimable en 3D
 

Avec son arme imprimable en 3D, baptisé "Liberator", Cody Wilson avait créé la polémique. Les plans du pistolet ont été téléchargés plus de 100.000 fois en à peine cinq jours.

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • HeyBaal
    HeyBaal     

    En effet je parle de munitions avec un minimum de puissance puisque je répond à ton message, je te cite : "des armes en matière non métallique et relativement puissante" ;) Sachant que les test faits avec cette arme étaient en .32 il me semble, qui n'a rien d'une munition monstrueuse, bien au contraire.

  • A Jamais
    A Jamais     

    Sauf que tu part du principe que la détonation va forcément être puissante, pour tuer quelqu'un on peut déjà le faire avec un simple pistolet en plastique à gaz et des billes de plombs ! Bien sûr cet arme ne sera pas un magnum 745, mais pour tuer se sera largement suffisant. Et je le répète, ce n'est pas tant ce modèle qui inquiète c'est le futur de cette technologie qui n'aura de cesse d'évoluer à un point tel qu'elle posera indubitablement des problèmes de tous ordres. De plus pas besoin d'avoir une telle machine dans tout les foyers, on peut déjà imaginer de grosses machines sous le joug de criminel qui feront un bon petit bizness là dessus.

  • Martellus
    Martellus     

    HeyBaal a tout dit. Les pièces qui subissent les pressions restent en acier. Ce sont le reste qui est en polymère : crosse, le handguard, la poignée, ...
    Chaque balle qui est tirée c'est une explosion confinée au sein de l'arme.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Tu te trompe A Jamais, les pressions exercées par la plupart des munitions sont très importantes, raisons pour laquelle si la carcasse d'une arme est de plus en plus souvent en polymères, le canon et la chambre restent en acier. Le liberator n'est pas capable de tirer plus d'une demi douzaine de fois. Le modèle de test a cassé au deuxième tir. Ca ressemble plus à une arme jetable fabriquée pour commettre un forfait et s'en débarrasser qu'une arme pour assurer sa défense. A contrario ça justifie que les honnêtes citoyens restent armés au vu du danger que les criminels puissent s'armer encore plus facilement qu'avant (au marché noir/vol, etc ...). On ne peut nier cette évolution technologique et faire comme si de rien n'était.

  • A Jamais
    A Jamais     

    Alors tu ne connais rien au domaine, des armes en matière non métallique et relativement puissante ça existe depuis un moment. Ensuite c'est un aperçu de ce que va nous proposer la technologie dans un futur plus ou moins proche qui est inquiétant...

  • Martellus
    Martellus     

    C'est pas comme si tout le monde avait une imprimante 3D hein. Et surtout, la puissance de l'arme doit pas être fort importante, ça reste du plastique ...

  • A Jamais
    A Jamais     

    C'est bien, que l'on précipite notre propre perte, ça fera du bien à la planète un peu de calme. Tout ça pour l'argent...

Votre réponse
Postez un commentaire