En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Décapitations, exécutions de masse: les méthodes musclées de l'EI
 

La vidéo de l'exécution du journaliste américain James Foley par l'Etat islamique, diffusée mardi soir sur Internet, résume la stratégie de communication et de propagande développée par le groupe islamiste opérant en Syrie et en Irak.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • korben
    korben     

    pas encore au point Mr le Webmaster ce nouvel interface bug souvent au niveau commentaires

  • jeunefrancais
    jeunefrancais     

    Allez attendons deux ans et ils seront chez nous ! Hollande fait quelque chose soit toi qui dirige !!

  • al Azar
    al Azar     

    Deux jeunes filles de 15 et 17 ans ont été placées en garde à vue mardi matin à Tarbes (Hautes-Pyrénées) et Lyon (Rhône) dans le cadre d'une enquête du parquet de Paris pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Leur garde à vue a été prolongée mercredi matin, a-t-on précisé.

    Ces mineures ne se connaissaient que via les réseaux sociaux et s'apprêtaient à rejoindre la Syrie pour y mener le djihad, selon RTL, qui a révélé l'information.

    Le gouvernement a présenté début juillet un projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme pour faire face à la menace représentée par la présence de nombreux jihadistes français et européens en Syrie et en Irak. Selon le rapporteur du projet de loi à l'Assemblée, Sébastien Pietrasanta, 900 Français sont impliqués dans les filières syriennes.

    A la mi-juillet, a-t-il précisé, 343 Français combattaient en Syrie, dont sept mineurs et une cinquantaine de femmes, 151 personnes étaient en transit, 172 étaient reparties de Syrie, dont une centaine sont rentrées en France. Trente-trois de ces combattants ont été tués.

Votre réponse
Postez un commentaire