En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Dans la corne de l'afrique, l'aide arrive toujours trop tard
 

Accroupi dans la poussière orange d'un village de huttes du nord du Kenya, un représentant de l'Onu en costume et chaussures cirées filme consciencieusement avec son iPad la carcasse en décomposition d'une vache.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • MIRKO64
    MIRKO64     

    ON DEMANDE A L EUROPE AU USA DE L ARGENT EST CE QUE LES PAYS ARABES ET LES EMIRS LA CHINE LA RUSSIE PARTICIPENT EGALEMENT A L AIDE FINANCIERE ??????

  • pandoraxp3x
    pandoraxp3x     

    Une enquête de Survival International a apporté des preuves alarmantes selon lesquelles les tribus indigènes sont spoliées de leurs terres agricoles les plus productives pour être allouées à des compagnies étrangères qui y pratiqueront une agriculture intensive d’exportation – alors que des milliers de personnes souffrent de la famine en cette grave période de sécheresse qui affecte le sud de l’Ethiopie.

    Des grandes étendues de terres fertiles de la vallée de l’Omo, au sud-ouest de l’Ethiopie, ont été cédées à des compagnies malaisiennes, italiennes et coréennes, ou sont directement gérées par l’Etat, pour y pratiquer une agriculture d’exportation, alors que les 90 000 autochtones qui vivent dans la région dépendent étroitement de leur terre pour leur survie.
    Le gouvernement projette d’étendre à 245 000 hectares la superficie des terres qu’il destine principalement à la culture de la canne à sucre.
    Des millions de personnes endurent la famine en cette période de sécheresse, la plus rude que connaît cette région depuis ces soixante dernières années. Les tribus de la vallée de l’Omo sont pour le moment relativement à l’abri. Mais le gouvernement les considère comme des ‘arriérés’ et est déterminé à les ‘moderniser’. Il veut que, de fermiers auto-suffisants, éleveurs et chasseurs, ils se convertissent en ouvriers agricoles dans les plantations. Cependant ils pourraient tout simplement être expulsés de leurs terres.

    Une partie du projet gouvernemental implique la construction d’une série de barrages le long de la rivière Omo, dont celui de Gibe III qui deviendra le plus grand barrage du continent africain. La construction de centaines de kilomètres de canaux d’irrigation suivra celle du barrage, détournant les eaux indispensables à la survie des tribus qui ne pourront plus compter sur les crues annuelles pour cultiver.

    Les populations locales, qui n’ont jamais été consultées, ont été réduites au silence avec l’interdiction de s’adresser aux étrangers ou aux journalistes. Un visiteur qui s’est récemment rendu dans la région à révélé à Survival que le gouvernement et ses forces policières répriment, emprisonnent, torturent les autochtones et violent leurs femmes pour déjouer toute opposition à la spoliation de leurs terres. Un membre d’une tribu lui a déclaré : ‘Notre peuple vit désormais dans la peur – il craint le gouvernement. S’il vous plaît, venez au secours des peuples pastoraux du sud de l’Ethiopie, ils vivent sous une terrible menace’.

  • claribg
    claribg     

    Anne et Dominique pourraient, avec une partie de leur grande fortune, fournir une aide appréciable pour soulager la détresse des populations démunies de la Corne d'Afrique .

  • etsicar
    etsicar     

    l'argent que l'on donne en ce moment pourrait éventuellement servir pour acheter de la nourriture lors d'une prochaine famine, mais il sera entre temps dilapidé pour acheter des armes par exemple. Au fait il est passé où l'argent qui avait été donné antérieurement à cette famine ?

  • ACAR
    ACAR     

    je pensai que le monde ferait tout pour nourrir et faire avancer tous les peuples... 40 ans passées les raisons politiques (communistes, capitalistes, tiers mondistes et égoistes) avec leur baratin de beaux parleurs, notamment africains, qui prennent le pouvoir avec de belles promesses deviennent les premiers prédateurs de leur propre peuple, les religions qui s'en sont mêlées, les Chinois qui "piquent" les terres africaines pour se nourrir (?), la finance qui joue avec les matières premières,etc...etc...Je crois que l'on a reculé et ce n'est pas fini.Comme disentt certains la cractéristique de l'HOMME n'est-ce pas l'INHUMANITE.Je ne vaux pas cher pour autant.

  • Méphisto II
    Méphisto II     

    Ou est-il ? , que fait-il ? ............. notre grand sauveur humanitaure international serait-il en vacances dans un de ces lieux paradisiaques réservés à nos ... socialistes ?

  • padoue
    padoue     

    Des idées ne suffisent pas,nous n'avons aucun pouvoir sur leurs guerres ethniques,elles nous dépassent,moi j'ai souvent l'impression de ne pas vivre dans le même siècle que ces peuples,rien n'y fera à mon avis.

  • alinejazzie
    alinejazzie     

    Ces femmes et ces hommes n'ont pas de pharmacie au coin de la rue. Je ne pense pas que ces femmes accouchent de plusieurs enfants pour le plaisir. Sans eau et le minimum vital que tout être humain mérite.
    Il faut que ces personnes émigre vers des terres plus prospère en Afrique.
    Aidons les OMG au plus près des habitants. Leurs gouvernements n'ont pas d'argent pour leur population. S'enrichissent les plus forts et les dominés meurent de faim. C'est de la barbarie humaine.
    Il faut des matériaux pour construire et des travailleurs de tous les corps de métier, des agriculteurs, des graines, des écoles,des ingénieurs payés par les OMG. Nous sommes des millions de chômeurs sur la planète à chercher du travail. Ici ou ailleurs pourquoi pas. La solidarité est enrichissante.
    Laissons les nantis entre eux il n'y a rien de bon.
    C'est la même chose pour Haiti, Madagascar, Roumanie...

Votre réponse
Postez un commentaire