En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Alain Bernard, photographié ici en avril 2014, s'est dit "abasourdi" par le drame qui vient de toucher l'émission "Dropped", à laquelle il participait, en Argentine.
 

Laconiques et submergés par l'émotion, le nageur Alain Bernard et l'ancien patineur Philippe Candeloro se sont très brièvement exprimés après le crash d'hélicoptères en Argentine, au cours duquel huit Français, dont les sportifs Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine, ont perdu la vie.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • lesemian
    lesemian     

    Je remercie Everwaen et Boz Ramboz pour la qualité et l'intelligence de leurs contributions et loue leurs efforts d'explications à boff et sclp.
    Certaines missions relèvent du sacerdoce...et leurs réussites, du miracle

  • boff
    boff     

    tous les jours des salariés meurent pour aller bosser (pas pour 500 000€) et on n'en fait pas 24h d'infos en continues. C'est triste, mais demain des gens vont pleurer la disparition d'un être cher et hollande va pas aller les consoler. Vous les journalistes arrêtaient le sensationnel pour l'audience.

    Everwaen
    Everwaen      (réponse à boff)

    Alala, à chaque fois qu'un tel drame se produit il y a toujours une bande d'intelligents pour venir soulever le fait qu'on ne parle pas de la mort d'autres anonymes tous les jours. Vous avez conscience que le principe même d'une mort qui nous "touche" c'est le fait de connaître la personne concernée un peu plus qu'un anonyme total non ?
    Parce que concrètement si la planète devait pleurer quotidiennement la mort de millions d'inconnus on vivrait tous dans une belle déprime générale quand même...
    Par contre lorsqu'on apprend le décès de quelqu'un que nous connaissions de près ou de loin, dont nous suivions la vie et qui nous apportait par exemple de la joie dans ses succès (comme ça peut être le cas de ces sportifs) il semble tout à fait normal que nous soyons touchés.
    C'est stupide comme raisonnement, c'est comme si demain vous perdiez un proche et qu'on venait vous dire "Mais pourquoi tu pleures ? Tu oublies que d'autres anonymes viennent de mourir aujourd'hui et tu t'en fous ?"
    Par le prisme de leur succès, ces sportifs faisaient partie de la vie des gens, il n'y a rien de choquant à l'idée que ces mêmes "gens" soient aujourd'hui touchés par cette disparition.

    sclp
    sclp      (réponse à Everwaen)

    Mais alors en suivant votre raisonnement, pourquoi dire à chaque fois "la France pleure" ??? Tout les français ne connaissaient pas ces personnes, ni de prés ni de loin.

    Everwaen
    Everwaen      (réponse à sclp)

    C'est simplement que les journalistes aiment les phrases "fortes". Et quand un pays perd 3 athlètes de renommée mondiale je ne crois pas qu'il soit usurpé de dire que le pays en question pleure ses défunts. C'est une "jolie phrase" qui ne sert qu'à exprimer le choc collectif (un choc qui sera bien vite oublié bien sur comme tous les événements de ce type je le concède). A aucun moment on n'implique tous les français connaissaient ces sportifs et pleurent leur mort bien sur. Juste qu'une partie de la population a été touchée par cet événement. Pourquoi chercher la petite bête ? ;)

    sclp
    sclp      (réponse à boff)

    Exact : 160 000 décès par jour dans le monde (famine, maladies, guerres, accidents, etc ....). Il y a des morts qui comptent beaucoup et d'autres qui ne valent malheureusement rien ! C'est l'égalité humaine.

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à sclp)

    L'égalité humaine ? C'est quoi ça c'est nouveau ça vient de sortir ?
    Sérieux, l’être humain est un animal sociable donc qui s'organise en sociétés tout en conservant une tendance individualiste. Donc il est tout à fait logique qu'il y ait une sorte de hiérarchie dans la compassion, en fonction de ses affinités, origines, familiarité avec les personnes victimes d'un drame.
    C'est pas pour rien que les médias aiment bien nous donner le nombre de Français quand il y a un accident d'avions par exemple, par réflexe l'humain français se sentira attiré par la nouvelle et sera beaucoup plus touché que par les morts n'étant pas de la même nationalité que lui, pareil pour les histoires de massacres de chrétiens vs massacres de musulmans etc, selon l’obédience certains se sentiront plus proche de telles ou telles victimes.

  • Du vent dans les voiles
    Du vent dans les voiles     

    Si il n'y avait pas des sportifs de mort,seulement des techniciens cela ferait seulement une minute dans le journal TV ...... ou si peu

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Du vent dans les voiles)

    Ça s'appelle un truisme ce genre de commentaire.

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Le manque d'évocation des autres victimes non connue a un coté indécent

Votre réponse
Postez un commentaire