En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Une jeune femme allume une bougie devant l'ambassade russe à Kiev, en hommage aux victimes du crash de l'Airbus en Egypte, samedi.
 

La Russie est sous le choc, dimanche, après le crash d'un avion Airbus dans le Sinaï, avec 224 occupants à bord, majoritairement des touristes russes. L'analyse des boîtes noires, retrouvées sur le site, devrait permettre d'en savoir plus.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • lacontesse
    lacontesse     

    Disposez de l'armement est une chose. Mais il faut également avoir le plan de vol de la "cible" afin de la localiser. Et encore, il n'est pas certain de l'identifier avec certitude sauf à savoir lire les transpondeurs embarqués.
    Sur les images vues, on aperçoit une explosion coté gauche derrière l'aile. On ne voit pas de trace d'objet percutant l'avion. Au vue de la fumée, cela ressemble à un incendie précédé d'une explosion. Un explosion de réacteur aurait donné la même vision. Une partie de l'aile pouvait alors s'être arrachée et les transmissions électriques devenues inopérantes. Sur les enregistrements des contrôleurs aériens, l'avion à changé de vitesse et d'altitude plusieurs fois dans la minute précédent sa "chute". Un problème technique ou un assault de la cabine? Difficile à déterminer. Contrairement à ce que j'ai parfois lu, c'est l'Egypte qui dirige l'enquête en non pas la Russie puisque c'est sur le sol égyptien que le problème est arrivé.
    Les moyens techniques du BEA seront probablement sollicités.
    Juste une dernière info: Le 13/10, on apprenait que c'est bien un missile de fabrication russe qui a frappé le MH17.

Votre réponse
Postez un commentaire