Clarification des propos de l’ambassadeur russe en France sur Assad

Bachar al-Assad sur le départ ou pas ? Ce vendredi matin, les déclarations sur RFI de l’ambassadeur de Russie à Paris ont donné lieu à un démenti de la télévision d'Etat syrienne. BFMTV est allée à la rencontre d’Alexandre Orlov, ambassadeur russe en France, qui a nuancé ses propos.

Laetitia Soudy
Le 20/07/2012 à 16:53
Mis à jour le 20/07/2012 à 17:21

Le président syrien Bachar al-Assad, serait prêt à partir mais "d'une façon civilisée" déclare Alexandre Orlov dans une interview ce vendredi matin à Radio France internationale.

Totalement sans fondement selon la télévision d'Etat

La télévision d'Etat syrienne dément immédiatement : "Les déclarations attribuées à l'ambassadeur russe à Paris sur le fait que le président Assad ait accepté de quitter le pouvoir d'une manière civilisée sont totalement sans fondement".

Alexandre Orlov revient pour BFMTV sur ses propos : "Ce communiqué final a été accepté par le président Bachar al-Assad. Il est prêt à négocier une transition politique. Il a même désigné son représentant ce que demande le plan Kofi Annan.

Divergence fondamentale entre nous et les Occidentaux

Nous attendons la même chose de l’opposition pour que les deux parties se mettent autour d’une table de négociations pour trouver une solution au conflit actuel. Si le président Assad a accepté ce communiqué final qui prévoit une transition c’est que peut-être il est prêt à partir.

Ce n’est pas à moi de le dire

C’est pour cette raison que j’ai utilisé l’expression "départ civilisé ". De là à dire que l’ambassadeur de Russie a dit que le président syrien est prêt à partir, c’est complètement faux. C’est d’ailleurs la divergence fondamentale entre nous et nos partenaires occidentaux du Conseil de sécurité. Ils demandent justement que le président Bachar al-Assad parte avant qu’on commence à négocier."

A la question :pensez-vous que le régime de Bashar al-Assad touche à sa fin ? Alexandre Orlov répond : "Je ne le pense pas, je dis que c’est au peuple syrien de se déterminer. Ce n’est pas à moi de le dire."

Toute l'actu International

La question du jour

Faut-il dissoudre la LDJ, Ligue de défense juive?