En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
1.600 soldats français sont déployés en Centrafrique dans le cadre de l'opération Sangaris
 

"Nous maintiendrons notre contingent de 1.600 hommes", assure le ministre des Affaires étrangères dans une interview au "Parisien/Aujourd'hui en France".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Axelyon69
    Axelyon69     

    il faudrait redéfinir à nos deux ministres de la défense & des affaires étrangères le contour de leur métier...quand Mr le Drian nous parle de la RCA en disant qu'il faut un nouveau président en RCA...et que Mr Fabius nous dit qu'il n'y auras pas de renfort militaire Fr en RCA...

  • valgego
    valgego     

    " Personne ne pouvait penser qu'en un mois tout serait réglé " ( Fabius )......" l'opération est plus difficile qu'au Mali " ( le Drian ) . Rappel des tartarinades de F . Hollande le 5 décembre 2013 " J' AI décidé d'agir immédiatement,c'est à dire dès ce soir, en coordination avec les africains et avec le soutien des partenaires européens, l'intervention sera rapide ,elle n'a pas à durer et je suis sûr de son succès " force est de constater 2 mois après le début des opérations qu'il n'y a pas un mot de vrai dans la déclaration du chef de l'état .

  • CATON L ANCIEN
    CATON L ANCIEN     

    Que sommes-nous allé faire seuls dans cette guerre civile ? Il semble que personne parmi nos politiques, tous horizons confondus, ne se soit posé la question de pourquoi les autres pays étaient unanimes à nous féliciter pour notre engagement tout en refusant catégoriquement d'y aller eux-mêmes... Nous ne verrons jamais arriver les renforts africains et encore moins les troupes de l'ONU. Tout ce que nous allons pouvoir faire, c'est saisir le premier prétexte pour nous en aller, comme au Rwanda, toute honte bue. En espérant, que d'ici là, il n'y aura pas de nouveaux morts ou de nouveaux blessés parmi nos soldats. Nous aurons sans doute réussi à éviter temporairement quelques massacres, mais nous aurons probablement réussi également à nous faire détester par beaucoup.

Votre réponse
Postez un commentaire