En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Ramdhanek Saha Queeny
    Ramdhanek Saha Queeny     

    je pense que jusqu’à ce niveau vous ne comprenez rien dans la classe politique centrafricaine bfm et tous ceux qui commente des articles ne sont que des ramasseurs de bout de pain politique , si j'essaie de vous mettre sur la ligne ne réfléchissez pas comme des moutons de la brousse Idriss deby est neutre dans cette histoire et c'est un président compatissant de ces hommes, je trouve sa réaction normal comme tout les père de la nation si vous vous trouvez aujourd'hui dans cette situation ça veut dire que vous n'avez pas la chance d'avoir un bon dirigeant pour la rca , acceptez cela comme le destin et changer vos noir cœur si vous aimeriez bien avancez comme le Tchad

  • sarahaaliyah2
    sarahaaliyah2     

    Mais il est qui ce procureur Tchadien qui veut extrader les Centrafricains comme des moutons jusqu'au Tchad? Idriss Deby est l'investigateur de tous les malheurs en Centrafrique, si aujourd'hui les citoyens Tchadiens payent le prix fort c'est bien à cause de leur président. Des Centrafricains ont été massacrés par les Tchadiens (mercenaires et soldats confondus), notre pays a été humilié, piétiné par ce didacteur. Il ne va pas nous gonfler pour la mort d'une dizaine de ressortissants Tchadiens en Centrafrique, veut-il nous faire comprendre clairement que la mort de plus d'un millier de Centrafricains ne compte que pour du beurre?

  • jade16
    jade16     

    Dire que les libanais sont en Centrafrique et font la loi m'exaspère.
    Des voleurs, des esclavagistes.
    Voici un article démontrant leurs comportements sauvages, criminels :
    L'ONU, par la bouche de Gulnara Shahinian, représentante spéciale sur les formes contemporaines d'esclavage, demande une enquête au gouvernement libanais après le suicide d'une domestique éthiopienne, Alem Dechasa, maltraitée en pleine rue par un employé d'un bureau de placement d'employées de maison venues des pays pauvres. Ces images d'une rare violence ont bouleversé les internautes.

    La scène qui se passait le 24 février à Beyrouth devant le consulat d'Ethiopie a été filmée par un passant. Le vidéo a été vue plus de 500 000 fois sur YouTube. On y voit un homme frapper une femme, la traîner par terre et la mettre de force dans une voiture. Hospitalisée après un bref séjour en prison, elle s'est suicidée avec ses draps. Cette femme de 33 ans, mère de deux enfants était venue quelques mois plus tôt pour travailler chez des particuliers. Mise à la porte sans avoir, été payée, elle a, semble-t-il, refusé que l'agence de recrutement la renvoie en Ethiopie et tenté de s'enfuir. Elle ne voulait pas rentrer sans argent dans son pays d'origine. Elle avait emprunté de l'argent pour payer le voyage et l'agence de recrutement. Elle ne parlait ni l'arabe ni l'anglais. Elle a préféré se donner la mort.

    Plus de 200 000 domestiques originaires de la Corne de l'Afrique, des Philippines, de l'Inde ou du Sri Lanka travaillent au Liban.Cette affaire relance les débats sur l'esclavage domestique dans ce pays, où les mauvais traitements et les suicides ne sont pas rares. Selon une enquête citée par le journal "Le Monde", et réalisée par une association, 88% des employeurs confisquent le passeport de leur employée et 31% l'enferment à la maison. Le gouvernement éthiopien, après des affaires de mauvais traitements sur les domestiques expatriées avait interdit à ses ressortissantes d'aller travailler au Liban. Aujourd'hui, l'homme qui a frappé Alem Dechasa n'a pas été inquiété.

  • jade16
    jade16     

    [Contenu Modéré]

  • Gallus Bellum
    Gallus Bellum     

    Le "président" Idriss Deby...Quand j'étais au Tchad en 1996, il était déjà "président" depuis longtemps!...Et vous nommez ce petit dictateur : "président"!!!

Votre réponse
Postez un commentaire