En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L’Archevêque de Bangui, Mgr. Dieudonné Nzapalainga, et l’Imam Kobine Layama.
 

L’archevêque de Bangui et le président de la conférence des Imams de Centrafrique étaient en France, ensemble, pour dénoncer les tueries en Centrafrique et appeler à la fin des combats.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • jade16
    jade16     

    Messieurs les serviteurs de Dieu, merci pour toutes ces explications. Nous savons que vous avez participés activement pour la paix dans ce pays où les envahisseurs, les criminels, les prédateurs sont si nombreux et dans tous les coins de la Centrafrique. La balle est dans le camp de la présidente maintenant et son gouvernement. Elle doit prendre des mesures très fortes contre ces criminels de séléka. Ils doivent retourner chez eux au tchad et au soudan du nord. Déby et Béchir ont l'obligation de les ramener chez eux. Il faut chasser les libanais, les Syriens qui ont colonisé le centre ville de Bangui. Ils font des trafics, ils financent ces criminels de séléka musulmans comme eux. Les libanais ont corrompu toute la classe politique Centrafricaine d'avant.
    Il faut dissoudre l'assemblée nationale, la classe politique doit être renouvelée.
    Il n'y a pas de conflit inter-religion en Centrafrique, la preuve en est que l'imam qui est à côté de l'archevêque, habite avec sa famille à l'archevêché de Bangui pour sa protection. Les séleka ont détruit sa maison pour créer la confusion. Les centrafricains sont contre ces criminels venus du tchad et du nord soudanais, les libanais, les syriens. Ils se disent musulmans mais ce sont des voleurs, des criminels. Les séléka se déguisent et vont commettre des crimes dans les zones protégées par les vrais centrafricains qui sont les antibalaka (anti-fusils) pour faire endosser la responsabilité aux anti fusils qui sont là pour protéger leurs compatriotes.

  • Jean Pointure
    Jean Pointure     

    c'est sur le terrain qui faut être,et pas a l'étranger

Votre réponse
Postez un commentaire