En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Jean-Marc Ayrault s'est exprimé devant l'Assemblée nationale pour lui demander la poursuite de l'intervention française en Centrafrique.
 

L'Assemblée nationale a autorisé mardi la prolongation de l'opération militaire française en Centrafrique. Auparavant, Jean-Marc Ayrault s'était exprimé, en appelant à l'Europe et à l'ONU.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • strikler
    strikler     

    On en a au minimum pour 10 ans la bas et le gouvernement le savait et il à menti comme toujours ....

  • Al Azar
    Al Azar     

    François Hollande pourrait faire une halte en Centrafrique vendredi, sur le trajet de retour d'un déplacement prévu au Nigeria, a-t-on appris mercredi de source diplomatique confirmant des informations de presse. François Hollande pourrait profiter de sa visite officielle au Nigeria, programmée jeudi et vendredi, pour s'arrêter à Bangui au retour. Selon le quotidien Le Parisien, "les repérages sont en cours" pour accueillir le Falcon présidentiel "vendredi matin" à l'aéroport M'Poko de Bangui. La présidence a refusé de confirmer ces informations. "On est sur un terrain de guerre, comme dans le cas du Mali. Donc, il doit forcément décider au dernier moment". Si la halte à Bangui se confirme, le chef de l’État pourrait être rejoint sur place par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Au Nigeria, où il doit participer aux cérémonies du centième anniversaire de l'unification du pays, François Hollande sera accompagné d'un seul ministre, le chef de la diplomatie Laurent Fabius. Selon Le Parisien, "les repérages sont en cours" pour accueillir le Falcon présidentiel "vendredi matin" à l'aéroport M'Poko de Bangui.

  • tchusss
    tchusss     

    Encore une foie la démocratie en prend un coup, on envoie des renforts militaire et après on demande l’avis aux parlement ?? Nos politiques excelle dans la travaille du vide !!

  • BJP034
    BJP034     

    Oui et nous ne sommes pas au bout de nos peines.
    A part les "réformes" sociétales aucune promesse concernant notre quotidien n'a été tenue.

  • RMRM
    RMRM     

    Encore une pré-vision de hollande non tenue.

  • 584274
    584274     

    enfin çà fait vendre des armes ils encaissent des retros commissions au passage voilà pourquoi les politiques sont plus riches quand ils sortent du gouvernement ,ses guerres sont inutiles sachant que aucuns pays n'est en guerre ,mais chaque gouvernement déclare la guerre a un pays et pour cause ils s"enrichissent ,car arréter de me faire rire ,quand les soldats ne seront plus là ils continueront leurs vies comme avant ,donc çà sert à rien de rester ils n"y à que des intérêts politiques c"est tout !!!!et pendant ce temps des tas d"immigrés maliens et africains arrivent par avions sur le territoire français!!!!et oui tiens ya la guerre ils se refugient en France et l"immigration continue de plus belle !!!

  • choppaul
    choppaul     

    Je me trompe peut-être, le monde, entre dans une guerre de religions

  • Norton13
    Norton13     

    Quelle bande de nuls!!!

  • Al Azar
    Al Azar     

    Un ami Libanais me communique depuis Bangui : Dans le quartier PK-12, à la sortie nord de Bangui, une unité de soldats français est positionnée jour et nuit pour éviter tout affrontement entre des musulmans traumatisés et des chrétiens qui veulent les bouter hors de Centrafrique. Sur la route menant au nord, au sommet d'une petite colline, le check-point français. Des chars Sagaie et leur canon de 90 mm, une barrière, des sacs de terre pour fortifier la position, des soldats en armes. Au-delà du check-point, un no man's land : 200 mètres d'une route noircie par des pneus brûlés et bordée d'échoppes abandonnées. Un peu plus loin, un petit millier de musulmans attendent devant leur maison de fuir Bangui. Au sud du check-point, des milliers de chrétiens, en position de force, veulent les chasser. Quelque 80 soldats français se relaient pour faire tampon entre les deux communautés 24 heures sur 24. Fusil d'assaut Famas en main, le capitaine Fabien parle d'enclave musulmane qu'il faut protéger, « comme c'est le cas dans plusieurs quartiers de Bangui ». « Actuellement, aucun musulman ne se risque à passer et aucun chrétien non plus. Ici, on garde les gens pour qu'ils soient protégés, chacun de leur côté », dit-il.

  • sortilege
    sortilege     

    l'assemblée donne MASSIVEMENT son accord , alors que la majorité des français est contre ! on est très très loin de l'idéal "exercer la volonté du peuple"

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire