En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La "caravane de la liberté" a rejoint tunis
 

par Lin Noueihed et Andrew Hammond TUNIS (Reuters) - Des manifestants venus de régions rurales déshéritées ont afflué dimanche à Tunis pour réclamer...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • aslo
    aslo     

    Dans le gouvernement actuel de la Tunisie on trouve encore l'ancien ministre des affaires étrangères supposé très apprécié par les occidentaux(je rappelle au passage que la Tunisie est un pays occidental,elle se trouve géographiquement en face de L'Italie)et jusement le probleme,ce monsieur est tès APPRECIE par ceux qui soutenaient le dictateur,une manière à eux de signler quev c'est une bonne chose d'oppresser les arabes.

  • Igor Hanks du réseau Antigone415
    Igor Hanks du réseau Antigone415     

    Tunisiens, peu de monde comprend réellement votre douleur d’avoir été privé depuis plus de deux décennies de vos droits fondamentaux. La liberté de circuler, de pouvoir s’exprimer et de communiquer sont ce qu’un peuple a de plus cher et pour lesquelles il donnerait sa vie. Il est vrai que votre combat peut sembler dérisoire aux yeux de gens ignorants restant indifférents. Mais on vous admirera, on vous congratulera et on vous enviera lorsque votre combat aboutira et que votre œuvre sera achevée. Il demeure évident que vos souffrances ne s’atténueront que par le temps et la volonté d’autres peuples à vous soutenir et vous aider. Ici en France, comme ailleurs, des voix s’élèvent afin de voler à votre secours, en toute modestie, sans vouloir vous imposer quoi que ce soit. On sait que votre courage anime l’intérêt de tous les peuples se sentant incompris et révoltés. Il est vrai que la politique n’est pas un métier simple, je peu en témoigner pour y être né et avoir vécu dans les coulisses des grands stratèges. C’est comme démêler tous les fils électriques de raccordement, mal rangés dans un espace réduit entrelacés par la force du temps qu’il faut démêler pour installer un nouveau système et de nouvelles machines. Les stratèges existent depuis l’aube des civilisations. Ils servent à anticiper et agir sur l’avenir. Ce sont des clubs de personnages qui travaillent en coulisses du pouvoir et qui font et défont les dirigeants et gouverneurs des nations un peu comme la Zoé Carbonopsina de l’empire Byzantin et plus proche de nous, les membres des Blidelberg et Trilatérales, les grands stratèges de la City ainsi que toutes les personnes qui ont participé aus conférences privées de Yalta, Bretton’s wood etc. Depuis plusieurs décennies, ces membres se consultent afin de prendre des décisions et des paris sur ceux qui vont présider à la destinée des nationsen fonction des prévisions économiques. Par de subtils interventions à plusieurs niveaux et de savants calculs, ils savent les premiers où et quand, la crise se produira et qui propulser au pouvoir pour atteindre tel ou tel objectif. Un homme comme le président Benali fut à bien des égards exposé a de multiples pressions, jusqu'à prendre comme nouvelle épouse, celle-ci même qui plus tard allait provoquer sa propre chute, en exerçant sur son peuple une pression excessive et oppressive qui comme de nombreuses autres nations, fixait les règles prévues par une oligarchie financière secrète. Monsieur Benali ne pouvait qu’être aculé à terme au mécontentement de son peuple opprimé et donc révolté. Mais ce qui s’est déroulé en Tunisie n’est pas prêt de s’arrêter, ceci n’est qu’un mini séisme qui prépare bien d’autres secousses et catastrophes avenir. Donc, ne nous réjouissons pas trop de notre éphémère tranquillité sociale en regardant d’en haut la détresse du peuple Tunisien. Nous devrions sérieusement commencer à nous préparer à affronter ici même en Europe des révolutions sociales de grande ampleur provoquées par de nouvelles catastrophes économiques qui sont en préparation dans les laboratoires des grands stratèges. Et par ailleurs, il vaudrait mieux pour lui-même et son gouvernement que ce brave monsieur Ghannouchi, fasse amande honorable aux doléances de son peuple. Rien ne l’empêche d’aider son gouvernement en siégeant dans les coulisses à l’abri de tous les dangers.

Votre réponse
Postez un commentaire