Cameroun : le Quai d'Orsay a-t-il sous-évalué les risques ?

Au lendemain de l'enlèvement des sept Français, les spécialistes s'interrogent sur l'absence de recommandations de la part des autorités françaises concernant le Nord du Cameroun.

D. N. avec Thomas de Rochechouart
Le 20/02/2013 à 11:01
Mis à jour le 20/02/2013 à 11:07

Français enlevés au Cameroun : le récit de la prise d'otages


Français enlevés au Cameroun : qui sont les preneurs d'otages ? - 20/02


L'enlèvement mardi de sept Français au Nord du Cameroun était-il prévisible, voire probable ? Beaucoup de spécialistes le pensent. Très proche du fief du groupe islamiste nigerian
Boko Haram, cette zone était à risque. Pourtant, aucune mention particulière de la part du Quai d'Orsay mettait en garde les touristes avant l'avènement de ce drame.

>> A lire aussi - Français enlevés au Cameroun : le récit de la prise d'otages

Un parc très fréquenté par les touristes

Le parc naturel de Waza au Cameroun est classé au patrimoine de l’Unesco. C’est l’un des endroits les plus visités du pays. Problème, il est très proche du Nigéria, pays voisin où sévit le mouvement Boko Haram, soupçonné par les autorités françaises d'être à l'origine de la prise d'otages.

Avant mardi, le site du Quai d'Orsay ne mentionnait pas de risque particulier pour les personnes désirant visiter cette réserve naturelle : "Le risque terroriste est faible, mais ne peut être écarté, en particulier dans les zones fréquentées par les étrangers", pouvait-on lire sur le site du Quai d'Orsay. Pour les spécialistes, cette mention dénote et montre surtout que les risques ont été sous-estimés par le ministère des Affaires étrangères.

>> A lire aussi - Otages : Boko Haram, les "talibans de l’Afrique de l’Ouest"

D'autres pays avaient averti leurs ressortissants

D’autres gouvernements avaient pourtant prévenu leurs ressortissants des risques encourus. Le ministère des Affaires étrangères australien  déconseillait par exemple formellement de se rendre à cet endroit.

Depuis mardi soir, le Quai d’Orsay déconseille formellement aux voyageurs de se rendre dans la région. Mercredi matin, le ministère des Affaires étrangères a appelé "les ressortissants français qui se trouveraient actuellement dans l'extrême Nord du Cameroun a impérativement se mettre en lieu sûr et quitter la zone au plus vite".

>> A lire aussi - Français enlevés au Cameroun : le point en cinq questions

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?