En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Cameroun : les sept otages français sont libres
 

Les otages français enlevés au Cameroun sont libres, confirme l'Elysée. La famille sera rapatriée « le plus vite possible ». Les ex-otages sont « extrêmement heureux et en forme », annonce Laurent Fabius en route pour le Cameroun.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

93 opinions
  • garynou
    garynou     

    r coolcool72 - le 19/04 à 10:38........ tu sais pour sarko la justice pour une fois elle va faire son boulot est j espère qu il va être condamner contrairement aux pasqua /jupe / WORKS/ET BIEN D AUTRE

  • gan
    gan     

    LE CHIEN ET LES CHACALS !!!!! JAMAIS APPRISE À L'ÉCOLE!!!!!!!!!!!!!
    voir l'en-tête complet

    Je ne me souviens pas de cette fable !

    Aurait-elle été boycottée sciemment par nos enseignants bien pensants ?

    Lisez attentivement cette fable, peu connue !!

    Elle doit dater de 1671.

    Un sacré visionnaire, ce Jean de la Fontaine !

    LE CHIEN ET LES CHACALS

    Du coquin que l’on choie, il faut craindre les tours
    Et ne point espérer de caresse en retour.
    Pour l’avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.
    C’est ce dont je désire, lecteur, t’entretenir.
    Après dix ans et plus d’homériques batailles,
    De méchants pugilats, d’incessantes chamailles,
    Un chien était bien aise d’avoir signé la paix
    Avec son voisin, chacal fort éclopé
    Qui n’avait plus qu’un œil, chassieux de surcroît,
    Et dont l’odeur, partout, de loin le précédait.
    Voulant sceller l’événement
    Et le célébrer dignement,
    Le chien se donna grande peine
    Pour se montrer doux et amène.
    Il pria le galeux chez lui,
    Le fit entrer, referma l’huis,
    L’assit dans un moelleux velours
    Et lui tint ce pieux discours :
    « Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !
    Profitez, dégustez, sachez combien je voue
    D’amour à la concorde nouvelle entre nous !
    Hélas, que j’ai de torts envers vous et les vôtres,
    Et comme je voudrais que le passé fût autre !
    Reprenez de ce rôt, goûtez à tous les mets,
    Ne laissez un iota de ce que vous aimez ! »
    L’interpellé eut très à cœur
    D’obéir à tant de candeur.
    La gueule entière à son affaire,
    Il fit de chaque plat désert
    Cependant que son hôte affable
    Se bornait à garnir la table.
    Puis, tout d’humilité et la mine contrite,
    En parfait comédien, en fieffée chattemite,
    Il dit : «Mais, j’y songe, mon cher,

    Nous voici faisant bonne chère
    Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :
    Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,
    Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,
    Toute ma parentèle tant nue que maigrelette.

    Allons-nous les laisser jeûner jusqu’au matin ? »
    "Certes non ! » répliqua, prodigue, le matin

    Qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent
    Quarante et un chacals parmi les moins sincères.
    Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules

    Des grands et des menus, même des minuscules.
    Ils avaient tant de crocs, de rage et d’appétit,
    Ils mangèrent si bien que petit à petit
    Les vivres s’étrécirent comme peau de chagrin
    Jusqu’à ce qu’à la fin il n’en restât plus rien.

    Ce que voyant, l’ingrat bondit :
    « Ah ça, compère, je vous prédis
    Que si point ne nous nourrissez
    Et tout affamés nous laissez
    Tandis que vous allez repu,
    La trêve entre nous est rompue ! »
    Ayant alors, quoi qu’il eût dit,
    Retrouvé forces et furie,
    Il se jeta sur son mécène,

    Et en une attaque soudaine

    il lui récura la toison,

    Aidé de toute sa maison.

    Puis, le voyant à demi mort,
    De chez lui il le bouta hors.

    Et l’infortuné crie encore

    «La peste soit de mon cœur d’or ! »


    Retenez la leçon, peuples trop accueillants :

    À la gent famélique, point ne devez promettre.
    Ces êtres arriérés, assassins et pillards

    Marchent en rangs serrés sous le vert étendard.
    Vous en invitez un, l’emplissez d’ortolans,

    Et c’est jusqu’à vos clefs qu’il vous faut lui remettre.


    Jean de LA FONTAINE

    (Ndlr: il n'avait pourtant pas connu les "niktamère")

  • cocoricooo
    cocoricooo     

    Vos racourcis et amalgammes boîteux ne pourront émouvoir que des incultes. Vous véhiculez des mensonges économiques et historiques. Je vous invite à vérifier le poids considérable de l'AFRIQUE pour la stabilité du géant GDF/SUEZ pour lequel travaillait un des otages au CAMEROUN. Enfin, n'auriez-vous pas pu nous éparner de vos syntaxe et grammaire approximatifs ?

  • tonio512
    tonio512     

    Il n'y a qu'en Afrique qu'il fait bien les choses , voilà pourquoi ils les aime tant ceux de nos quartiers , nous aussi on est otage de ces gens qu'on nourrit avec les salaires qu'on gagne chaque jours

  • ypi
    ypi     

    Ton inépuisable bêtise il a donné et

    les ravisseurs ne sont pas heureux.

  • Biloute62870
    Biloute62870     

    T'est vraiment un connard pour dire de telles conneries si c'est pour dire ça ferait mieux de fermer ta g...lle

  • wanu1966
    wanu1966     

    ET COMBIEN IL A DONNE PEPERE ?

  • CRICRI888
    CRICRI888     

    SUPER on est content pour eux, mais à combien se monte la rançon?

  • CRICRI888
    CRICRI888     

    SUPER on est content pour eux, mais a combien se monte la rançon?

  • ccddrrtt
    ccddrrtt     

    hollande veux relever sont bilant des 1 ans au pouvoir . il en est meme venu a se servir des enfants otages .je suis tres heureux pour la famille . DE PLUS C EST DE SA FAUTE ILS ONT ETE ENLEVE POUR LA GUERRE QU IL A DECLENCHE POUR REMONTER DANS LES SONDAGES

Lire la suite des opinions (93)

Votre réponse
Postez un commentaire