En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Cesare Battisti a été libéré vendredi matin par la police fédérale à Sao Paulo, dans l'attente d'une décision sur son expulsion.
 

Condamné à la prison à perpétuité par la justice italienne pour des meurtres commis dans les années 70, Cesare Battisti a été arrêté, puis libéré, jeudi par la police fédérale à Sao Paulo, au Brésil. Une juge fédérale avait ordonné le 3 mars l'expulsion de l'ancien militant d'extrême gauche, sentence qui avait remis en question une décision de la Cour suprême.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • mornac
    mornac     

    Battisti "écrivain Italien" a été un assassin avant d'être écrivain ! Il y aurait prescription ?

  • alain01
    alain01     

    Bravo au Brésil qui a plus de courage que la France

  • 109600
    109600     

    Il est le symbole de la proximité idéologique entre le terrorisme d'extrême gauche et une partie de cette gauche française qui se trouve aujourd'hui bien empêtrée dans cette contradiction depuis la marche du 11 janvier. En effet comment condamner l’inacceptable d’un côté et demander « une indulgence due à la pureté de sa cause » (sic) pour Battisti ? Terroriste sanglant et roublard, condamné par la justice d’un pays démocratique et ami. Le déni de la réalité est le résultat de cette porosité malsaine entre ce personnage et ses sympathisants.

  • 109600
    109600     

    Encore une "innocente victime d'une justice aveugle" qui risque de revenir en France et d'être accueillie par un fan club qui a défilé avec une pancarte "Je suis Charlie" mais qui pardonne le terrorisme pourvu qu'il soit de gauche.

  • harry23
    harry23     

    sa prouve bien quand France pour les artistes on leurs absouts toutes leurs fautes

    mornac
    mornac      (réponse à harry23)

    Battisti artiste ? Où ça, artiste ?

  • Grincheux
    Grincheux     

    Le 10 février 2004, il est à nouveau arrêté à Paris pour être extradé, à la suite d'une nouvelle demande de l'Italie. C'est le début de l'« affaire Battisti ».

    Cette affaire suscite une vive polémique en Italie et en France. Plusieurs artistes, écrivains, journalistes, personnalités politiques et publiques, incluant une partie de la gauche et l'extrême gauche française protestent contre l'extradition de Battisti, dont le collectif du Poulpe, qui rassemble des auteurs de polars, dont la romancière Fred Vargas, l'humoriste Guy Bedos, le chanteur Georges Moustaki, le maire de Paris Bertrand Delanoë, le philosophe Bernard-Henri Lévy, l'Abbé Pierre. François Hollande lui rend visite à la prison de la Santé alors que Battisti y est incarcéré. Le gouvernement français communique que cette procédure est habituelle31. Le 2 mars 2004, le Conseil de Paris vote une résolution le soutenant

  • Grincheux
    Grincheux     

    Cela rappelle de bons souvenirs à la gauche. Le 10 février 2004, il est à nouveau arrêté à Paris pour être extradé, à la suite d'une nouvelle demande de l'Italie. C'est le début de l'« affaire Battisti ». Cette affaire suscite une vive polémique en Italie et en France. Plusieurs artistes, écrivains, journalistes, personnalités politiques et publiques, incluant une partie de la gauche et l'extrême gauche française protestent contre l'extradition de Battisti, dont le collectif du Poulpe, qui rassemble des auteurs de polars, dont la romancière Fred Vargas, l'humoriste Guy Bedos, le chanteur Georges Moustaki, le maire de Paris Bertrand Delanoë, le philosophe Bernard-Henri Lévy, l'Abbé Pierre. François Hollande lui rend visite à la prison de la Santé alors que Battisti y est incarcéré. Le gouvernement français communique que cette procédure est habituelle31. Le 2 mars 2004, le Conseil de Paris vote une résolution le soutenant.

Votre réponse
Postez un commentaire