En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Boeing suspend les livraisons de 787
 

WASHINGTON (Reuters) - Boeing a annoncé vendredi l'arrêt ses livraisons de 787 Dreamliner en attendant que l'administration de l'aviation civile...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • ZEF-029
    ZEF-029     

    Vous racontez n'importe quoi,pourquoi voulez vous que des pilotes connaissent les logiciels des calculateurs de vol? Les commandes électriques sont bien plus sûr que les commandes classiques par câbles. L'électronique, c'est aussi le système TCAS, et le GPWS qui ont améliorés nettement la sécurité des vols. En se qui concerne le pilotage automatique, il est indispensable pour tous les vols commerciaux. Le crash du RIO PARIS est dû à un équipage dépassé,affolé, et qui a déconnecté les calculateurs évitant tout décrochage de l'appareil.

  • smartiz
    smartiz     

    font surement, les plus beaux avions de transports du monde, et leurs réactivités aux problemes eventuels, sont rapides et serieuses.evidement ces nouvelles générations, que sont les avions de tres hautes technologies essuient quelques platres, mais pour l'instant,, il n'y a pas eu de crachs.

  • fifi51
    fifi51     

    Sans oublier l'impossibilité pour les pilotes de connaitre parfaitement l'extrème complexité des systèmes et logiciels, alors que sur les avions traditionnels, ils connaissaient tout parfaitement. Vous connaissez la boutade sur les AIRBUS , "que faire en cas de panne moteur au décollage"? réponse :"mettre l'auto pilot sur ON !"....

  • manitou36
    manitou36     

    Les commandes électriques de vol comportent de nombreux inconvénients: Complications techniques supplémentaires source de pannes possibles, confiance exagérée en la machine de la part des pilotes qui comptent trop sur les automatismes pour tout faire mieux q'eux y colmpris en cas de dysfonctionnement. déshabituer les pilotes au pilotage et à la navigation comme les pilotes du Rio Paris qui n'ont pas su reconnaitre un décrochage vitesse haute d'un décrochage vitesse basse, tout cela pour arriver à économiser 2 à 3% de carburant grace à la configuration "instable" de ces avions.On a eu recemment les incidents répétés sur des voitures trop électroniques et on a réduit la voilure à ce sujet, à quand la même chose pour les avions ?

Votre réponse
Postez un commentaire