En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
L'opposante et prix Nobel de la paix birmane Aung San Suu Kyi, le 24 octobre 2015 à Rangoun.
 

PORTRAIT -  Cinq ans jour pour jour après sa libération de résidence surveillée, Aung San Suu Ki permet à son parti, autrefois interdit par la junte militaire, d'accéder aux responsabilités. Pour les Birmans, elle incarne tous les espoirs.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire