En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
A picture taken on March 14, 2014 shows the Temple of Baal Shamin seen through two Corinthian columns in the ancient oasis city of Palmyra, 215 kilometres northeast of Damascus. Islamic State group jihadists on August 23, 2015 blew up the ancient temple of Baal Shamin in the UNESCO-listed Syrian city of Palmyra, the country's antiquities chief told AFP. "Daesh placed a large quantity of explosives in the temple of Baal Shamin today and then blew it up causing much damage to the temple," said Maamoun Abdulkarim, using another name for IS. IS, which controls swathes of Syria and neighbouring Iraq, captured Palmyra on May 21, sparking international concern about the fate of the heritage site described by UNESCO as of "outstanding universal value". AFP PHOTO/JOSEPH EID
 

François Hollande va confier au président du Louvre une mission sur la protection des biens culturels lors de conflits armés. Une réponse à la destruction des vestiges archéologiques en Syrie et en Irak par le groupe État islamique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Niplus-nimoins
    Niplus-nimoins     

    On leur a laissé le champ libre pour s'approprier Palmyre.
    Je n'ai pas vu ni entendu dire que cette cité était protégée avant l'arrivée de Daesh.
    Les journaux relataient juste l'avancée des barbares qui se dirigeaient sur Palmyre et faisaient leurs pronostics sur la date de leur arrivée sur les lieux. On se serait cru au Dakar.
    Personne ne parle de ces milliers de têtes coupées qui jonchent les bords des routes à travers tous les villages de la région.
    Heureusement qu'il nous restera les photos pour montrer à nos petits enfants les trésors de l'humanité que portait cette triste planète.
    ... Si nous sommes encore là, tous, dans quelques mois, quelques années. Rien n'est moins sûr.

Votre réponse
Postez un commentaire