En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Abdelaziz Bouteflika a prêté serment lundi pour son 4e mandat en Algérie.
 

Le président algérien, réélu le 17 avril pour un quatrième mandat, a prêté serment lundi, en fauteuil roulant, visiblement affaibli. Il a répété d'une voix faible un texte lu par le président de la Cour Suprême.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • adilram
    adilram     

    Monsieur seraphin vous semblez assez soucieux quand à ce revanchard qui avec l'aide de ses intrigues a réussi a bluffer l'armer en 99, armée qui pensait s'en servir, et il a en peu de temps tout verrouillé avec l'aide de ses proches pourtant peu nombreux : résultat ? arroseurs arrosés. ne vous faites pas de mourons, ce type est au bout du rouleau et ce n'est que justice, car il depuis 63 ourdi les pires des manigances d'un tyranneau de village, sa faiblesse, c'est de n'avoir pas été dans le clan de l'armée qui n'a jamais voulu de lui, il en garde une rancœur vorace, il a des morts sur sa conscience et détrompez-vous ce n'est pas un cobaye mais il a fait du peuple algériens des béni oui oui dans ce pays qui est le vrai laboratoire d'un monde parallèle a celui des printemps arabes, j'ajouterais que rien n'est déplorable en algérie, c'est voulu quand a ce qui n'est pas voulu, c'est juste un retour de bâton pour ceux qui ont dirigé ce pays au détriment de toute morale, manigançant partout même a l'étranger, souvenez-vous de assassinat de Medelci en plein Paris, les attentats de Saint Michel etc., j'aurai été d’accord avec vous si vous avez dis "qui sème le vent récolte la tempête"

  • seraphin dupond
    seraphin dupond     

    Je ne comprends pas que le "club des dirigeants anonymes" de l'Algérie n'ait pas réussi à s'entendre sur un candidat en meilleure santé que monsieur Bouteflika. Cela donne une image déplorable de leur démocratie toujours embryonnaire. Sans parler du drame personnel de Monsieur Bouteflika, vous imaginez un peu si il a encore toute sa tête ce qui peut se passer dedans alors que son corps l'abandonne et encore pire, si il ne l'a déjà plus... les souffrances que cette manipulation sordide inflige à son organisme épuisé comme si il était un animal d'expérimentation en laboratoire ?

Votre réponse
Postez un commentaire